Google Analytics

28/05/2012

Festival de Cannes: Michael Haneke décroche sa deuxième Palme d'Or

aaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaahaneke.jpgSans surprise, c’est donc Amour le film le plus bouleversant de cette 65e édition, abordant de front des thèmes tabous comme la vieillesse, la déchéance et la mort, qui décroche la timbale. Mais une partie du palmarès déçoit et Leos Carax demeure maudit!  

En remettant son prix au cinéaste autrichien, le président du jury Nanni Moretti  a insisté sur la contribution fondamentale  de ses deux sublimes acteurs Jean-Louis Trintignant, 81 ans et Emmanuelle Riva, 85 ans, qui sont montés sur scène avec le réalisateur (photo) pour recevoir la standing ovation du public. 

Avec une deuxième palme trois ans seulement après Le ruban blanc , Michael Haneke rejoint le club fermé des cinq auteurs de cet exploit avant lui: Francis Ford Coppola, Shohei Imamura, Emir Kusturica, Bille August et les frères Dardenne. 

Nanni Moretti voulait être étonné, c’est lui qui nous déconcerte

Dès sa projection, le film sur ce couple d’octogénaires élégants et cultivés, dont l’amour est rudement mis à l’épreuve par la maladie, a été plébiscité par la critique. Du coup, il est presque étrange que le jury, appelé à choisir entre les 22 prétendants, en ait fait autant. Surtout si on considère le reste du palmarès.

A commencer par le Grand Prix, Reality de Matteo Garrone, une comédie dramatique banale, longuette et sous-fellinienne, sur un fondu de la téléréalité aspirant à la gloire. Surtout lorsqu’on imagine que l’Italien avait déjà obtenu la même récompense en 2008 pour Gomorra, autrement plus critique et sulfureux sur la mafia napolitaine.

Pire, le prix de la mise en scène est allé à Carlos Reygadas pour Post Tenebras Lux. A part une ouverture virtuose, le Mexicain nous a gratifiés de l’opus le plus hermétique du concours, très mal accueilli par les festivaliers et la critique. Le cinéaste n’a d’ailleurs pas manqué d’ironiser sur la chose.

Le Roumain Cristian Mungiu, Palme d’Or en 2007 pour 4 mois, 3 semaines et 2 jours a reçu le prix du scénario grâce à Au-delà des collines, opus assez éprouvant et interminable, inspiré d’un fait divers qui défraya la chronique en 2005 en Roumanie. Une jeune fille avait trouvé la mort après une séance d’exorcisme dans un monastère orthodoxe.

Dans la foulée ses deux actrices, les débutantes Cosmina Stratan et Cristina Flutur ont décroché ex-aequo le prix d’interprétation, qui semblait notamment  promis à Emmanuelle Riva ou Marion Cotillard. Chez les hommes, il a aussi échappé au favori Jean-Louis Trintignant, pour récompenser le Danois Mads Mikkelson. Très bon il est vrai dans La chasse de Thomas Vinterberg, une descente aux enfers d’un homme faussement accusé de pédophilie.

Enfin le prix du jury est revenu au Britannique Ken Loach pour La part des anges, comédie certes jubilatoire mais mineure. Franchement, on ne voyait pas cette histoire de petits délinquants s'initiant à l'art de la dégustation de whisky, se retrouver si haut placée.

A l'image d'une compétition très moyenne

Exit donc l'ensemble de la pellicule française, à commencer par  le brillant Holy Motors de Leos Carax. Ce formidable objet cinématographique avait vraiment tout pour étonner Nanni  Moretti, comme il l’avait souhaité en début de festival. Or on se demande bien ce qui a pu le surprendre en considérant ses choix.

Mais finalement ce palmarès peu exaltant est à l’image d’une compétition 2012 très moyenne. Une partie des films avait même du mal à soutenir la comparaison avec certains sélectionnés dans les autres sections. Comme la plupart des Américains, à l'évidence choisis pour des stars du genre Brad Pitt, Nicole Kidman ou Kristen Stewart.

02:11 Publié dans Cinéfil | Lien permanent | Commentaires (7) | |  Facebook | | | | Pin it! |

Commentaires

Moi, même "Le Ruban blanc", je l'ai trouvé joli, mais pompeux. Il est passé récemment à la télé.

Écrit par : Rémi Mogenet | 28/05/2012

Sans même avoir vu aucun film de cette édition, je peux déjà dire que je suis déçu. Certes, mon avis se calque sur celui des journalistes qui se font les relais de l'actualité Cannoise, mais il me semble que Morretti qui voulait de l'originalité, a fait un choix plutôt consensuel en primant des récidivistes.

Écrit par : Christian | 28/05/2012

En effet.. session décevante.

Écrit par : Dave | 28/05/2012

Désolé, mais difficile de juger si tu n'as pas vu les films. Essaie de ne pas trop être cassant dans ta réponse.

Écrit par : Comisetti | 28/05/2012

Comment ne pas être cassant, quand tu t'enfonces une nouvelle fois?

J'ai précisé moi-même dans mon précédent message que mon point de vue était paradoxal, car il ne faisait que se baser sur celui des journalistes. Bien sûr que j'irai voir les films et que je me réviserai peut-être mon jugement suite à cela. Il n'en demeure pas moins que si je me fie à l'avis des journalistes (ils sont là pour ça après tout), le vent de fraîcheur et d'originalité promis, n'a pas été de rigueur. Plutôt que d'anciens primés, j'aurai préféré de nouvelles pousses, c'est tout.

Un petit conseil à l'avenir, abstiens-toi de commenter mes messages si tu ne les comprends même pas. Parce que je n'ai pas jugé le film d'Haneke en tant que tel. Mais uniquement le choix du jury qui choisit des ex-vainqueurs.

Écrit par : Christian | 29/05/2012

Pour qui te prends-tu ? Tu es vraiment grave toi. Je te plains, tu dois être bien mal dans ta peau pour être aussi antipathique. Bonne journée.

Écrit par : Comisetti | 29/05/2012

Je suis très bien dans ma peau, rassures-toi. Tu m'as simplement tendu une perche, je l'ai saisie. Assume tes propos, et tu en sortira grandi. Et puis, après tout, être antipathique c'est dans la tendance de ce blog fielleux non? Toi et ta chère Edmée vous en donnez à coeur joie lorsqu'il s'agit de casser du tennisman.

Écrit par : Christian | 29/05/2012

Les commentaires sont fermés.