Google Analytics

25/05/2012

Festival de Cannes: Robert Pattinson, l'atout de David Cronenberg

aaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaapattison.jpgCannes a eu ses big four. Après Bruce Willis, Brad Pitt et Nicole Kidman, c’était au tour de Robert Pattinson de faire revenir les journalistes aux hommes des cavernes dans leur chasse à la star, véritable curée à l’heure de la conférence de presse. Et on ne vous raconte pas l’insurrection difficilement contenue le soir lors de la montée des marches.

C'est que le beau Robert n’est pas seulement l’idole des fans de Twilight. C’est aussi pour le coup l’atout majeur de David Cronenberg dans Cosmopolis, présenté en compétition. Il y raconte 24 heures de la vie d’un jeune et impitoyable requin de la finance dans un New York en ébullition, où l’ère du capitalisme fou touche à sa fin.

Un vingtième film bizarre, complexe, hermétique, énervant, excitant. Très bavard aussi. Ce qui n’a rien d’étonnant. David Cronenberg, qui n’a mis que six jours à écrire le scénario, avoue avoir repris presque mot à mot les dialogues du roman éponyme culte du visionnaire Don Delillo, paru en 2003.

Il en profite pour revenir à ses premières amours, dans ce quasi huis-clos se déroulant dans une immense limousine. Surfant et philosophant, entre violence, humour, sexe et  science-fiction, sur son thème de prédilection, la condition humaine. Là on est en plein dans la crise actuelle, ce spectre qui hante le monde, dirait Marx. Et le mène à sa perte.
 
Seul à ne se préoccuper que de sa petite personne, alors que la visite du président des Etats-Unis paralyse Manhattan, le golden boy Eric Packer n’a qu’une obsession. S’engouffrer dans son luxueux véhicule tout confort qu’il a fait blinder, pour aller se faire couper les cheveux à l’autre bout de la ville.

Très bon, Robert Pattinson porte le film sur ses épaules. Du début à la fin il est de tous les plans, se glissant avec aisance dans la peau de ce magnat brassant des milliards sans jamais voir la couleur de l’argent, de ce  yuppie arrogant, cruel, cynique, à qui le monde appartient et qui se sert des gens comme des objets, qu'il s'agisse de sa maîtresse ou de son garde du corps.
 
Avant que les choses évoluent fâcheusement pour lui. Au fur et à mesure que la journée avance et que le chaos s’installe, il assiste impuissant à l’effondrement de son empire. Il est aussi convaincu qu’on va l’assassiner.

Pattinson reste dans le fond une sorte de vampire
 
Ce caractère très antipathique n’a pas posé le moindre problème au comédien à qui il n’a pas fallu longtemps pour accepter le rôle. On est pourtant très loin de Twilight, même si Pattinson reste dans le fond une sorte de vampire, puisqu’il suce le sang de la société avec ses congénères.

La remarque agace un peu Cronenberg. "C’est très facile de dire que c’est un vampire, mais Robert est beaucoup plus qu’un symbole. C’est une vraie personne. Et surtout il s’agit là de Cosmopolis, pas de Twilight". Inutile de préciser que l’intéressé abonde dans ce sens.

18:08 Publié dans Cinéfil | Lien permanent | Commentaires (7) | |  Facebook | | | | Pin it! |

Commentaires

Robert Pattinson souffre du syndrome DiCaprio. Il est l'idole de toute les midinettes pour son rôle dans l'une des pires sagas de l'histoire du cinéma, et tente d'échapper à ce carcan étouffant. Je pense que ses choix vont de plus en plus se porter sur des rôles plus virils, un peu comme Di Caprio après Titanic, qui s'est tourné vers Scorsese ou d'autres films tels que La Plage et Catch me if you can.
Je ne l'ai encore jamais vu jouer. A priori il ne m'inspire pas grand chose, mais le bonhomme connait le Cinéma, a du goût et vous n'êtes pas la première à souligner sa performance. Voilà qui me redonne espoir. Toutefois, Mads Mikkelsen pourrait bien lui faire de l'ombre; il parait que sa performance est éblouissante dans La Chasse.

Concernant Cronenberg et l'écriture du scénario, il a récemment déclaré dans les Cahiers du Cinéma (revue en perte de vitesse, vivement que je m'abonne à Positif), qu'il a toujours accordé une importance immense à cette partie précise de la conception d'un métrage; la partie la plus importante à ses yeux.

Bref, Cosmopolis est l'un des films à Cannes qui m'intéresse le plus, avec Moonrise Kingdom, le nouveau Andrew Dominik et le Audiard. Holy Motor a de bons échos lui aussi. La probable palme d'or.

Écrit par : Christian | 26/05/2012

Pourquoi dis-tu que la saga de Robert Pattinson est l'une des pires sagas ? Et c'est un rôle déjà viril...
Quant à Di Caprio, il a connu le succès grâce à "Titanic" mais pas seulement.

Écrit par : Comisetti | 27/05/2012

Apparemment, dire des conneries sur le tennis ne te suffit pas Comisetti; il faut que tu te mêles du Cinéma, domaine que tu ne connais visiblement pas pour te demander en quoi Twilight est une grosse daube. Et si le rôle d'Edward te paraît viril, c'est qu'on a pas la même définition de ce terme. Il faut mouiller les adolescentes de 15 ans maximum, c'est tout. Et si selon toi, c'est déjà un bon critère de virilité, c'est que tu considères que Justin Bieber l'est également.

La virilité, c'est Carey Grant, James Cagney ou les héros Melvilliens, rien à voir avec ton vampire androgyne.

Et sur DiCaprio, je ne vois pas pourquoi tu viens me corriger sachant que je n'ai jamais prétendu qu'il avait forgé son succès "qu'avec Titanic". Néanmoins, ça reste le film qui l'a vraiment fait éclater à la face du grand public.

Écrit par : Christian | 28/05/2012

T'es super tolérant et décontracté, c'est sympa et tu vas me faire m'intéresser grandement à toi.

Ca veut dire que les gens aiment "la daube" dans ce cas; une belle histoire d'amour qui peut être regardée par les hommes et les femmes. Mais sais-tu seulement c'est que l'amour ? J'en doute.

C'est pas Cary Grant ? Lui, par exemple, est viril mais gay !

Dans la vraie vie, les mecs "virils" de l'époque étaient bisexuels
Complais-toi dans tout ce qu'il y a de négatif et de triste, tu seras heureux ainsi.

Mais c'est hors sujet, j'en resterai donc là.

Écrit par : Comisetti | 28/05/2012

"T'es super tolérant et décontracté, c'est sympa et tu vas me faire m'intéresser grandement à toi."



L''hôpital se fout de la charité là. A plusieurs reprises, tu as posté des messages agressif envers d'autres internautes sur ce même blog. Ne t'étonnes pas que cela finisse par se retourner contre toi.






"Ca veut dire que les gens aiment "la daube" dans ce cas; une belle histoire d'amour qui peut être regardée par les hommes et les femmes. Mais sais-tu seulement c'est que l'amour ? J'en doute."



Oui, la masse aime la "daube". Je t'apprends quelque chose? Ca t'étonne? Tu te sens visé? Si la qualité se mesurait au succès, Mozart serait aujourd'hui un déchet de la musique à côté de Rihana, Michael Bay écraserait Godard, et Marc Lévy serait incontestablement supérieur à Julien Gracq. Heureusement, ce critère n'est pas valide.
Par conséquent, traite-moi d'élitiste si ça te chante, j'assume complètement ma propension à mépriser les fautes de goûts. Aimer Twilight en est une. Et ton argument pour le défendre est à la limite du risible. Des films d'amour de qualité, il y en a, et crois moi, je sais suffisamment bien ce qu'est l'amour pour les apprécier. Regarde Lost In Translation, In the Mood for Love, Eternal Sunshine of the Spotless Mind ou encore Annie Hall dans un autre registre.




"C'est pas Cary Grant ? Lui, par exemple, est viril mais gay !

Dans la vraie vie, les mecs "virils" de l'époque étaient bisexuels"



Je ne sais même pas quoi répondre, tant ton petit délire sans queue ni tête me fait comprendre que tu es déconnecté de toute réalité. J'ai d'ailleurs constaté que c'était une constant chez les membres de la vaste secte des adorateurs de Twilight.

Écrit par : Christian | 28/05/2012

J'en sais trop rien, pour l'heure je n'ai vu que le premier "épisode" de la saga (pas trop fan en fait); tu n'aimes pas mais je parie que tu connais le nombre total d'"épisodes". Dès lors, je ne le défends pas forcément. Chacun est libre d'aimer ce qu'il veut.

Je n'aime pas la techno mais ne vais pas insulter ceux qui aiment ça. Ca s'appelle la tolérance.

En ce qui concerne le tennis, je ne me rappelle pas de tes propos, mais il est vrai que ceux qui prennent Federer (ou un autre joueur) pour le messie me font peur. Pire qu'une secte, à mon sens. Ce n'est que du sport et dans le sport, on joue ! Je suis plus sensible aux chercheurs, à ceux qui sauvent des vies...
Si cela ne te concerne pas, les gars en question peuvent se défendre seuls et n'ont pas besoin de toi.

Les films que tu me cites n'ont pas l'air très récents.

Si ça te soulage de rabaisser les gens virtuellement, fais-toi du bien. Tu penses que je juge, mais toi, que fais-tu ? Te sens-tu supérieur à nous, la grande masse ?

Tu réagis comme un gamin mais ça ne doit pas être le cas. Un prof d'école à la retraite ? Mystère

Fin de la discussion.

Écrit par : Comisetti | 28/05/2012

"Dès lors, je ne le défends pas forcément. Chacun est libre d'aimer ce qu'il veut. "



Je n'ai jamais prétendu le contraire. Moi-même, je prend parfois plaisir à regarder de la merde, on a tous nos pêchés mignons après tout. J'ai simplement souligné la trajectoire de la carrière de Pattinson, en expliquant comment il allait probablement chercher un autre public que celui de Twilight qui est un très mauvais film. Ai-je dit que personne n'avait le droit d'aimer les mauvais films? Non.



"Je n'aime pas la techno mais ne vais pas insulter ceux qui aiment ça. Ca s'appelle la tolérance."


Je suis tolérant. J'accepte que des gens puissent aimer, mais ça ne m'empêche pas de me forger une opinion sur ces mêmes gens. Et si tu considères que je ne peux nourrir du mépris pour le délit culturel, alors c'est toi qui est intolérant. D'ailleurs, je n'ai insulté personne.



"En ce qui concerne le tennis, je ne me rappelle pas de tes propos, mais il est vrai que ceux qui prennent Federer (ou un autre joueur) pour le messie me font peur. Pire qu'une secte, à mon sens. Ce n'est que du sport et dans le sport, on joue ! Je suis plus sensible aux chercheurs, à ceux qui sauvent des vies...
Si cela ne te concerne pas, les gars en question peuvent se défendre seuls et n'ont pas besoin de toi."



Ce n'est qu'un jeu...Pourtant, ce jeu, tu as l'air de le prendre tellement à coeur que tu te permets de manquer de respect envers Federer constamment. Le traiter de doper ou de papy, ce n'est pas très sportif justement. Ensuite, je ne défends personne en particulier, je n'ai juste aucune raison de mâcher mes mots avec quelqu'un qui fait de même avec les autres.



"Les films que tu me cites n'ont pas l'air très récents."

A part Annie Hall, ils datent tous des années 2000. Et d'ailleurs, en quoi est-ce un problème de voir de vieux films? Tu devrais le faire plus souvent, ça t'enrichirait beaucoup.



"Si ça te soulage de rabaisser les gens virtuellement, fais-toi du bien. Tu penses que je juge, mais toi, que fais-tu ? Te sens-tu supérieur à nous, la grande masse ?"

J'assume totalement le fait de porter des jugements sur autrui (autant que tu ne l'assumes pas vraiment d'ailleurs), ce qui est un réflexe de survie essentiel. Toutes nos prises de décisions sont basées sur des jugements, et tu voudrai que je m'en abstienne?
Est-ce que je me sens supérieur à la grande masse? Tout dépend des domaines. En matière de connaissance du cinéma, oui, je me considère comme supérieur à la "masse". En revanche, je ne vais pas donner des leçons de musiques à un pianiste de profession, ni expliquer à un pilote comment conduire son avion. Nous avons tous nos spécialités, et les non-initiés feraient mieux d'écouter plutôt que de penser tout connaitre.


"Tu réagis comme un gamin mais ça ne doit pas être le cas. Un prof d'école à la retraite ? Mystère"

J'ai de bons exemples de réactions de gamin sur ce site. Et figure-toi qu'ils viennent de toi. Remets-toi en question, on en reparle ensuite.



"Fin de la discussion."

C'est la deuxième fois que tu dis cela. Ta parole n'au donc aucune valeur, puisque tu ne la respecte pas.

Écrit par : Christian | 28/05/2012

Les commentaires sont fermés.