Google Analytics

24/12/2011

La Chine, nouvel eldorado du foot...

anelka.jpgCe  n’est pas la joie pour le sport helvétique en cette fin d’année. Les skieurs sont au fond du trou, à commencer par Didier Cuche qui n’en voit décidément plus une depuis qu’il a été élu sportif suisse de l’année. Pareil pour les hockeyeurs genevois qui, après avoir sottement paumé une rencontre toute faite contre les Zurichois sont désormais condamnés aux matches de la peur. Ou pour Constantin, venant de subir un nouveau revers de la part de la commission de discipline et à qui on va peut-être bientôt devoir dire: arrête ton char Ben-Hur on goudronne!

Sans oublier Xamax, non seulement amputé de quatre points, mais dont l’éventuel repreneur s’appelle Walter…Gagg. Franchement ça ne s’invente pas un truc pareil. Comme si la plaisanterie n’avait pas assez duré avec Boulette Chagaev. Qui de son côté s’étrangle de rage à l’idée d’être contraint de laisser tomber l’équipe. Normal, d’ordinaire c’est lui qui vire…

Bref, je ne saurais pas trop conseiller aux malheureux Neuchâtelois de tenter leur chance en Chine, le nouvel eldorado financier du foot. Eh oui désormais c’est là-bas que ça se passe, après les pays du Golfe, les Etats-Unis et la Russie. En plus les Chinois ne sont pas trop regardants sur la marchandise, puisqu’un Argentin peu capé s’est vu recruté pour sept millions d’euros. Du coup, je ne vous raconte pas s’il faut sauter sur l’occasion.

A l’image de Nicolas Anelka (photo), qui s’est précipité sur une offre encore plus juteuse du Shanghai Shenhua. Club modeste côté ballon mais bourré de pépètes, il a en effet engagé, pour 12 millions d'euros par an, l’ex-international désoeuvré qui s’est surtout rendu célèbre en traitant de noms d’oiseau l’inénarrable Domenech, lors de la cacade hexagonale au Mondial sud-africain.

Le Français gagne ainsi un million par mois, soit un quart de plus que son pote british Beckham, dont les 800.000 en principe allongés par le PSG ont provoqué la polémique. Ce salaire, sans compter les 17 millions de bonus  liés au merchandising et quelques autres bricoles, est jugé tellement indécent qu’on s’en est exaspéré jusque sur les bancs de l’Assemblée nationale et parmi les fans les plus convaincus.

Mais si on glose sur ce que le beau David va toucher à 37 ans, on papote également sur ce qu’il va rapporter au club, à la ville de Paris, aux commerçants, qui comptent sur la belle Victoria, insatiable shopping addict, pour mettre du beurre dans les épinards. Et surtout à l’Etat, se frottant les mains à la réjouissante perspective de la dizaine de millions qui tomberait dans ses caisses.

Rien de nouveau sous le soleil remarquez. Il y a un bail que le supersexy Spice Boy fonctionne davantage comme planche à billets et panneau publicitaire  que comme footballeur. Mais il faut bien reconnaître qu’avec lui sur le terrain, l’amour est dans le pré. N'est-ce pas les filles?

11:18 Publié dans Les pieds dans le plat | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook | | | | Pin it! |

Commentaires

Comisetti va laisser un message.

Écrit par : Christian | 24/12/2011

Les commentaires sont fermés.