Google Analytics

16/12/2011

Sportif suisse de l'année? Reste à honorer le titre...

images[8].jpgIl n’est décidément pas facile d’être prophète en son pays. C’est ce qu’a dû se répéter le malheureux Federer, assistant en direct de Dubai à la soirée la plus ringarde de la TV alémanique, où fut élu le sportif suisse de l’année.

Car Rodgeur a beau avoir été désigné il y a quelques mois deuxième personnalité la plus respectée et admirée du monde derrière Nelson Mandela, ou élevé au rang d’exception par des spécialistes hexagonaux de la raquette, il a quand même été à nouveau relégué à la troisième place du classement par ses ingrats compatriotes.

Au moins n'a-t-il pas été devancé comme en 2010 par le roi de la lutte fédérale, me rétorquerez-vous! Maigre consolation cependant pour celui qui, intenable sur le court, a terrassé ses rivaux entre septembre et fin novembre. Leur montrant de surcroît pour la sixième fois à Londres qui demeure le maître des maîtres du tamis planétaire.  

C’est donc Didier Cuche qui a coiffé la couronne. Mais, c’était couru, à l’image de son prédécesseur Simon Ammann, le lauréat qui s'est régulièrement planté depuis son triomphe dans la première descente de la saison, aura bien du mal à honorer son titre.

Le Neuchâtelois n'a d'ailleurs pas tardé à le prouver dans le Super G de Val Gardena remporté par son compatriote Feuz. Se retrouvant pitoyablement dans les profondeurs, la flèche des Bugnenets qui clame sa soif de succès, a en outre été dépassée par Didier Defago, pourtant loin d’être le foudre de guerre que Sa Logorrée Jaton ne cesse de nous vendre.  

Du coup je me dis que ce trophée helvétique porte malheur et que finalement c’est une chance pour Sa Grâce qu’il lui soit passé sous le nez. D’autant que ce n’est pas le moment de mollir pour notre gloire nationale visant un dix-septième Grand Chelem à Melbourne.

imagesCAT9WCXK.jpgMusique d’avenir. En attendant le 16 janvier, deux mots sur le crampon helvétique qui continue à provoquer des remous hors des terrains. Qu’il s’agisse de ces pauvres Neuchâtelois amputés de quatre points pour payer les boulettes de Chagaev. Ou de Ben-Hur Constantin (photo), toujours aussi pugnace. Désavoué par le TAS, il continue la course en dépit des Messala de service déterminés à lui mettre des bâtons dans les roues. Mais cela devient périlleux en diable. La FIFA en ayant plus que ras-le-bol a en effet décidé de suspendre l'ASF au 13 janvier si la question n'est pas réglée d'ici là.

Sans oublier Servette. Jaloux de l’attention portée à Xamax et au FC Sion, Magic Pishyar a décidé de se faire lui aussi remarquer. Par exemple en ne se pressant pas de rémunérer ses footeux, arguant du fait que s’il allonge les pépètes, ce n’est pas juste pour qu’ils alignent les défaites. Et le ponte grenat de jouer les Calimero pour se justifier. Je suis tout seul, personne ne m’aime, sniff, sniff.

Atteignant des sommets dans la pingrerie, il peine à s'acquitter des factures d’eau et d’électricité. Déjà qu’il n’y a pas que des lumières sur la pelouse, imaginez leur état si d’aventure elles devaient en plus manquer de jus…

 

21:56 Publié dans Les pieds dans le plat | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook | | | | Pin it! |

Commentaires

Une fois de plus, SA MAJESTE ne s'était pas déplacée !
Bizarre que les Suisses allemands aient choisi Cucuche la praline :)

Écrit par : Comisetti | 17/12/2011

Les commentaires sont fermés.