Google Analytics

09/12/2011

Les grands miracles du foot

images[7].jpgEstomaqués, abasourdis, secoués, en un mot subjugués. Je veux parler des médias se gargarisant follement de "l’exploit majeur, exceptionnel, fantastique, incommensurable, historique des formidables Bâlois" contre les condescendants British de Manchester United.

Résumant l’intense sentiment de fierté nationale, l’Alémanique 20 Minuten n’a pas hésité à titrer sur "Le miracle de Bâle", faisant allusion au Miracle de Berne, un film sorti en 2003 et qui racontait la fabuleuse victoire des Allemands en finale de la Coupe du monde de 1954 en Suisse, contre la redoutable Hongrie de l'époque.

Audacieux parallèle car en dépit de leur incontestable, flatteuse et inespérée réussite, les Rhénans n’ont en somme que battu un club certes prestigieux mais pas au mieux de sa forme ce soir-là, pour gagner leur qualification en… huitièmes de la Ligue des champions.

Mais à entendre les glapissements des commentateurs ou des spécialistes en délire dont Michel Pont et à lire la prose des journalistes extatiques, on eût pu croire que les braves avaient pour le moins décroché la lune, le soleil et les étoiles.

Preuve en sont la Basler Zeitung criant à l’équipe "pour l’éternité" et le Nouvelliste hurlant au "plus inouï succès du football helvétique qui sera à jamais gravé dans les mémoires". Des propos aussi limitatifs que peu exaltants en somme et qui nous font d'autant mieux comprendre pourquoi la malheureuse Nati devra se contenter de regarder l’Euro 2012 à la télévision!

J’avais quasiment l’impression de parcourir les journaux hexagonaux, suite à une prouesse de Tsonga au troisième tour d’un Grand Chelem. Remarquez, les Tricolores n’étaient pas en reste de prodige vu le score fleuve 7-1 des Lyonnais contre le Dinamo Zagreb. Un triomphe tellement hors norme qu’il y a immédiatement eu soupçon de truquage.

Particulièrement de la part de la presse espagnole qui, mettant fortement en doute ce résultat pharamineux a demandé, comme les Hollandais frustrés, l’ouverture d’une enquête à l’UEFA. L'instance a opposé une fin de non recevoir, aucune irrégularité n’ayant à son avis été détectée sur le terrain ou les paris.

Inutile de préciser que cela n’a pas plu aux Ibères pour qui les miracles n’existent pas forcément, surtout en ce qui concerne les performances phénoménales des Français. Un prêté pour un rendu, histoire de se venger des stupides allégations de Noah sur le prétendu dopage des sportifs espagnols dont l’insolente gagne l’insupporte.

Pereira_Joao_Carlos[1].jpgPour en terminer avec les miracles du foot, s’il y en a un qui se laissera sacrément désirer, c’est celui de Genève. En dépit ou plutôt à cause des déclarations du nouvel entraîneur Pereira (photo). Affirmant que les Genevois doivent retrouver la place due à leur rang (encore faudrait-il savoir lequel), il évoque un "grand club qui dormait et qui se réveille".

Voilà déjà un cruel manque d’imagination pour celui qui se pique de psychologie, de philosophie et de neurolinguistique. Car si je ne m’abuse, c’est exactement ce que disait Costinha, le dictateur sportif à la Lamborghini jaune en… juin dernier. Avouez que dans le genre marmottes, ils se posent un peu là, les Grenat!    

 

20:31 Publié dans Les pieds dans le plat | Lien permanent | Commentaires (8) | |  Facebook | | | | Pin it! |

Commentaires

j adore

Écrit par : lacraz | 09/12/2011

Salut Edmée !

J'ai une question ;

un très bon et long commentaire, bien ficelé, bien écrit, a été supprimé à la suite de cet article. Je n'arrive plus à me rappeler du nom de l'auteur mais en tout cas, je le voyais et il a disparu.

Ainsi j'imagine probablement que cela doit s'agir uniquement d'un bug étant donné que vous êtes du genre à laisser la libre parole et les pavés réfléchis même s'ils peuvent s'avérer quelques fois critiques. J'imagine donc que le commentaire va ré-apparaître sous peu, en espérant que la prochaine fois il n'y aura pas unbug qui le supprimera ! :)

Écrit par : Question | 10/12/2011

On doit rire ou en pleurer ? Quand je vois une pseudo journaliste qui se permet de critiquer un exploit footbalistique sans jamais avoir entendu parler de Ryan Giggs, Paul Scholes, Ferguson. Je vous rappelle seulement que cette équipe pas au mieux de sa forme est deuxième en angleterre.

Écrit par : José (Genève) | 10/12/2011

Réponse au message de "question" : Non en effet, mon commentaire a bien été supprimé à 3 reprises. Heureusement, j'ai eu la sagesse de l'enregistrer dans un fichier word et je le reposterai tant qu'on continuera à me l'effacer. J'estime que mon commentaire, bien que dur envers Edmée (qui ne se gène pas de l'être envers beaucoup de monde; le juste revers de la médaille en somme), n'est pas injurieux envers sa personne, mais uniquement envers son article. D'autant plus que cela n'a rien de gratuit, car j'avance des arguments, j'estime qu'il y a de la substance dans mon commentaire (ce qu'il y a rarement dans ceux de Cuttat).



J'attendais votre article avec la même impatience que l'on peut éprouver sur une cuvette de chiotte en attendant de lâcher un bel étron bien dur et consistant. Sur le moment ça fait mal, mais une fois que c'est terminer quel soulagement. Il n'y a plus qu'à tirer la chasse des WC pour que le vilain morceau de déjection ne soit plus qu'un lointain souvenir.
Là, j'en suis au stade de la chasse d'eau. C'est-à-dire que dans l'optique d'oublier votre immonde article, je rédige une réponse qui me permettra de dormir la conscience tranquille.

Plus sérieusement, je me dis que votre vie doit être bien triste. Je me demandais si vous oseriez sortir un nouvel article gavé de frustration jusqu'à s'en faire péter la pense, et j'ai eu tort de vous sous-estimer. En effet, vous avez osez après une victoire que l'on savourera encore longtemps, trouver le moyen de ne dire à peu près que du mal d'autrui. Pas un seul remerciement aux joueurs pour nous avoir offert cet instant de joie, juste un plaisir malsain à rabaisser une performance, qui, que vous le vouliez ou non, restera dans les annales du football suisse, comme l'une des plus belles.
Bien évidemment que les Bâlois ont eu de la réussite, évidemment que les mancuniens se sont montrés trop confiants et n'ont pas joué le coup à fond, mais les bâlois ont eu le culot et la force d'en profiter. Car en méforme ou non, MU reste MU et Bâle n'a, en principe, nullement les moyens financiers de pouvoir rivaliser avec un pareil club habitué à taquiner les sommets (finaliste l'année passée, rien que ça) du football international. Et ce n'est pas simplement un coup d'un soir, puisque les bâlois ont totalisé 11 points dans cette phase de groupe, allant cherché Benfica et MU à l'extérieur. "Dieu que c'est banal...On voit cela tous les jours....un 1/8 ème de finale... Peuh!...le jour où il gagneront la compétition on en reparlera..."

Vous jubilez devant votre ordinateur à déblatérer des conneries sur un sport que vous ne connaissez pas, alors que vous auriez pu souligner un tas de choses positives côté bâlois, en dehors du facteur chance. Le coaching absolument parfait de Heiko Vogel, les matchs énormissimes de Shaqiri, Xhaka et Sommer, la motivation sans limite de ce groupe visiblement très soudé... Non au lieu de cela, vous préférez vous lamenter sur la passion qui anime vos collègues, celle que vous n'avez pas justement et qui fait de vous une journaliste indigne d'exercer ses fonctions. C'est à cause des gens comme vous que la l'équipe nationale suisse regardera l'euro à la TV. Cette caste haineuse sans passion, qui nivelle la culture footbalistique d'un pays vers le bas.
Qu'attendez-vous du football suisse bon sang! Qu'il rivalise du jour au lendemain avec des clubs dont le budget est gonflé par l'or noir qataris? Réveillez-vous, la Suisse n'est pas un pays de foot (à cause des personnes de votre genre)...

Écrit par : Christian | 10/12/2011

Si tu as du temps à perdre...

Écrit par : Comisetti | 10/12/2011

Plus bien triste la vie de ceux qui critiquent Edmée sans ménagement...
Ces Genevois pff... :)

Écrit par : Comisetti | 10/12/2011

De une, je ne suis pas genevois.
De deux, j'estime ne pas perdre mon temps en signifiant à une journaliste à quel point elle se fourvoie , à quel niveau se se situe en terme de faute professionnelle. Selon toi elle ne mérite pas la critique parce que tu es incapable de distinguer la nullité de la qualité. Abonne-toi à un journal de tennis ou de foot, écoute ou lis des commentaires de spécialistes, tu te rendras vite compte de la différence de niveau. Mais enfin, tu m'as l'air intellectuellement trop oisif pour faire cet effort.
De plus, en quoi la critique négative du travail de quelqu'un - lorsque celle-ci est faite de façon cohérente - relève de la pauvreté d'esprit et de la perte de temps, alors que tu as l'air de te gargariser des salves d'éloges inexplicables que tu envoies à ta chère Edmée, qui te font perdre autant de temps que moi de mon côté. Ferais-tu partie de ces gens qui prônent une société de promotion au lieu d'une société critique? Le compliment est toléré, mais pas le reproche? Pauvre de toi. Continue à te nourrir des flétrissures d'Emée avec appétit. J'aurais au moins essayé de t'ouvrir les yeux, de te faire sortir de cette maudite caverne de Platon, mais je t'ai malheureusement surestimé.

Écrit par : bouboul | 10/12/2011

parler de journaliste à propos d'edmée c'est faire injure à toutes celles et ceux qui exercent ce métier (car c'en est un ) avec une vraie passion et surtout une vraie connaissance de ses sujets...
ici ce n'est qu'une vulgaire chroniqueuse de bas ,très bas , étage sans beaucoup de talent ni d'originalité (mais tellement franco-genevo-râleuse)qui peine d'ailleurs à se renouveler
il ne suffir pas de se croire drôle pour l'être , ni d'écrire pour avoir nécessairement du talent !

Écrit par : uranus2011 | 13/12/2011

Les commentaires sont fermés.