Google Analytics

03/12/2011

La danse préférée des présidents footeux...

images[3].jpgOn croit rêver. On verrait ça au cinéma, on se dirait mais quel mauvais scénario! En plus franchement pas crédible. Comme quoi la réalité dépasse toujours la fiction. Je veux parler de l’aspect de plus en plus folklorique du foot suisse. Décidément, depuis que Chagaev préside aux destinées de Xamax, on ne compte plus les boulettes.

A commencer évidemment par les siennes, qui lui ont valu une inculpation de faux dans les titres et un refus de permis de travail. Ou celle de sa directrice qui, pour d’obscures raisons, a menti à la justice à propos de la fausse attestation des 35 millions de dollars au nom de la Bank Of America, sensée prouver la fortune du «magnat» tchtchène.

Un Mars et ça repart aussi du côté du FC Sion, avec la Swiss Football League qui se couvre de ridicule en avouant avoir qualifié par erreur les six sans papier du FC Sion. Invoquant un caprice informatique. Qualifiés sur le site, ils ne l’étaient pas dans les esprits, apparemment embrumés, des dirigeants.

Du nanan pour le pétulant boss Christian Constantin. Ben Hur se voyait déjà aux galères après avoir été taclé par le tribunal cantonal valaisan le 18 novembre  dernier, et le voilà qui remonte tout requinqué sur son char pour continuer la course. Exigeant dans un premier temps le renvoi du match de son équipe demain contre les Young Boys.  

Tu es mon héros, je te vire!

A part ça, savez-vous quelle est la danse préférée des patrons de clubs de foot? La valse des entraîneurs bien sûr. Quelques duels perdus et c’est la porte. Il y a même des spécialistes du limogeage express à l'image de Constantin, toujours lui, chez qui en général les coaches ne font pas franchement de vieux os.

Mais au moins le Bernard Tapie des Alpes a-t-il l’élégance de ne pas déclarer sa flamme aux gens en s’en débarrassant. Et comme d’habitude, c’est chez Calvin qu’on innove en la matière. Plus précisément Magic Pishyar, le boss des Servettiens (photo), qui vient de virer comme un malpropre Joao Alves, le coach portugais pourtant adulé de ses troupes.

Non seulement le manitou genevois le portait encore aux nues quelques jours avant mais osait affirmer, avec des sanglots dans la voix en le sacquent brutalement, que ce brave homme était un être fantastique. Mieux son héros, qui le restera à jamais! Ajoutant sa larme de crocodile, le directeur sportif Costinha, alias le dictateur à la Lamborghini jaune, s’inclinait devant le bon travail du malheureux licencié.  

J'hallucine en me demandant ce qu'il se serait-il passé si d'aventure Alves avait salopé le boulot! J’avoue n'avoir jamais vu pontes aussi sadiques chez les Grenat. Et Dieu sait si les plus improbables se sont succédé entre les Charmilles et La Praille. 

Enfin aussi déboussolés que reconnaissants, les joueurs ont décidé de dédier à leur ancien coach la rencontre de dimanche contre Zurich. Reste à espérer qu’ils vont la gagner. Dans le cas contraire Pereira, son remplaçant, aura déjà du souci à se faire. Et le pauvre Alves boira vraiment la coupe jusqu’à la lie…

.

10:53 Publié dans Les pieds dans le plat | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook | | | | Pin it! |

Commentaires

J ai aimé votre article assez juste et pertinent, concernant Mr. Lamborgini jaune, il se fait appeler le Ministre et se prend pour le président, d ailleurs il est un habitué des cas comme celui auquel on vient d assister au Servette, crée la zizanie pour mieux régner, Mr. Costinha veut tout décider meme faire l equipe en place de l entraineur, mais Alves ne s est pas laissé faire et voilà on le vire et le prochain ne fera pas long feu, tant que le Ministre y sera la pagaille continue soyez en certains.

Écrit par : jota | 03/12/2011

Et Mirka qui serait enceinte et Roger qui se contruit 2 chalets 16 millions !

Écrit par : Comisetti | 03/12/2011

Les commentaires sont fermés.