Google Analytics

13/11/2011

La légende balance Tsonga dans les cordes

781052-13308106-317-238[1].jpgEtant donné l’absence du pitbull ibère, l’abandon du vampire serbe puis la défaite de la belette écossaise, il eût été assez surprenant que Sa Grâce helvétique ratât le coche à Paris. D’autant que surfant sur son succès bâlois, le maestro nous a quasiment refait du Rodgeur des années glorieuses tout au long du tournoi.

Egalant la performance d’Agassi en remportant Bercy deux ans après Roland Garros, le seul homme à avoir atteint la finale des neuf Masters 1000 a, dans la foulée, récupéré la troisième place du classement. 

Certes on pouvait imaginer le contraire, notamment en consultant le site d’Eurosport, où les spécialistes pensaient que la légende devrait déjà s’employer ferme en quarts de finale face au fringant à Juan Monaco. Et risquait surtout de disparaître en demi-finales contre l’éblouissant Tomas Berdych au sommet de sa forme et de sa confiance, bourreau d’un Andy Murray faisant pourtant figure d’épouvantail.  

Vu la raclée que lui a flanquée Federer, je me demande juste ce qui se serait passé si d’aventure son adversaire du jour n’avait pas été au top du top… Ce qui a évidemment poussé nos experts à revoir leur jugement, réduisant un peu l’éclat du lumineux Tchèque pour évoquer la partie de rêve du Suisse, toujours capable de produire un tennis dont lui seul a le secret…

L’autre monstrueux obstacle à se dresser contre le phénix, c’était naturellement Tsonga, leader incontesté de la raquette hexagonale devant les mousquetaires à la dérive Monfils, Simon et Gasquet. Bien qu’il fut parvenu dans le dernier carré grâce au forfait de Dracula et en finale avoir laborieusement battu le géant américain John Isner, dont le talent est quand même inversement proportionnel à la hauteur.

Mais depuis quelque temps, les compatriotes de Jo-Wilfried avaient recommencé à le porter aux nues, plaçant récemment le charismatique et électrique boxeur des courts à égalité avec les Big Four au regardde sa deuxième partie de saison.

Avec leur curieuse manière de compter, figurez-vous que notre gloire nationale se retrouvait dixième. De quoi terriblement craindre la redoutable lame tricolore. Pourtant Mohammed, sonné d’entrée, demeurait empêtré dans les cordes. Très déçu mais beau joueur, à l’image de Berdych d’ailleurs, il a rendu hommage au «plus grand joueur du monde et qui le restera pour un bout de temps».

Cette profession de foi doit suprêmement agacer Djokovic et ses fans. Tsonga, qui mène aux points contre  le Serbe, avait commencé à enfoncer le clou dans une interview. Il expliquait qu’affronter le nouveau boss du circuit ne lui procurait aucun sentiment spécial. Ajoutant qu’il avait moins d’aura que Rodgeur ou Rafa et que pour l’instant il était loin au niveau du palmarès. Voilà qui est dit.   

 

  

 

 

19:38 Publié dans Les pieds dans le plat | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook | | | | Pin it! |

Commentaires

merci pour cet article, il est très intéressant

Écrit par : kamagra | 14/11/2011

Le "problème" est que les Français soutiennent plus Federer que leur(s) compatriote(s).
Tsonga et Wawrinka (quand il y était) n'ont rien à faire dans le top 10 !

Écrit par : Comisetti | 17/11/2011

Les commentaires sont fermés.