Google Analytics

12/11/2011

Ces champions qui ne jouent pas pour les sous...

David-Beckham[1].jpgContrairement à ce qu’on pense généralement, il n’y a pas que l’argent dans le sport. Certes quand apparemment on en manque, ça risque de poser un problème. Comme à Boulette Chagaev, en principe pas autant cousu de dollars qu’il le prétend, ce qui lui vaut quelques petits soucis du côté de la justice.

Remarquez, je ne serais pas trop surprise au cas où il serait fauché. Il me semble avoir écrit dans une chronique précédente que s’il était vraiment plus riche que riche, il se serait débrouillé pour acheter un club nettement plus prestigieux que Xamax.

Mais attendons que les choses suivent leur cours. D’autant qu’en l’occurrence, ce n’est pas du boss de Neuchâtel qu’il s’agit. Je veux parler de ces superchampions, dont on a tendance à décréter hâtivement que seules les pépètes les intéressent.  

Prenons au hasard les footballeurs et les tennismen. Par exemple Beckham, dont la rumeur annonce l’engagement éventuel au PSG. Spécial, je trouve. Il débarquerait au Servette, je ne dis pas. Mais au PSG, à 36 ans, sérieusement, ça étonne. Alors évidemment, on suppose qu’il y a anguille sous roche en forme de jackpot.  

Raté. Sa venue, ai-je lu, dépendrait avant tout du projet sportif et non de la dimension pécuniaire et mercantile dont lui et accessoirement le club pourraient tirer profit. Du coup on évoque un discours rare dans le monde un chouïa pourri du crampon, mais pas étonnant car il correspond exactement au portrait dressé par les «happy few» qui ont le privilège de fréquenter le beau David.

Des propos d’ailleurs renforcés par les déclarations de Nasser Al-Khelaifi, nouveau directeur qatari du club. Non seulement Beckham, un ambassadeur, une marque, un exemple, dépasse le sport selon lui, mais c’est aussi un très bon joueur dont l’âge ne pose aucun problème.

Tout ça pour préciser qu'il a une morale le Spice Boy. A l’image de Djokovic, victime d’un mauvais procès assorti d’un buzz sur le net, au prétexte qu’il se serait inscrit à l’Open de Bercy uniquement pour toucher une prime.

Après l’avoir vu grimacer de douleur à Bâle, puis perdre lamentablement contre un second couteau japonais, j’avoue m’être demandé deux secondes s’il s’alignerait à Paris. Toutefois, cultivant quelques doutes sur la gravité de sa blessure, le retrouver en tête de meute ne m’avait qu’à moitié surprise.

En revanche j’ignorais que s’il zappait le tournoi, il ne toucherait pas son bonus, lequel s’élève à la bagatelle de 1,6 million de dollars. Il est vrai qu’il n’en a pas franchement besoin pour finir son mois. En même temps, plus on en a…

Mais je m’égare. Le Serbe a naturellement balayé d’un revers sec ces vilains soupçons, ulcéré qu’on puisse le prendre pour un âpre au gain. Je suis là pour jouer, pour redevenir compétitif et tenter de gagner la Coupe à Londres. Absolument pas pour les sous, a-t-il déclaré en substance.

La preuve, en dépit de son épaule subitement redevenue douloureuse, il s’est courageusement hissé en quarts de finale du tournoi avant de déclarer forfait. Non mais vous imaginez un peu le désintéressement du bonhomme. Alors qu’un seul coup de raquette eût pu lui rapporter le pactole, il nous a fait deux matches pour le même prix. C’est beau, non?

23:51 Publié dans Les pieds dans le plat | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | | Pin it! |

Les commentaires sont fermés.