Google Analytics

Roland Garros: le Monfils nouveau est arrivé...et reparti

Imprimer

31727-340x200[1].jpgContrairement à Servette, les Gasquet et Monfils nouveaux sont comme le Beaujolais. Plus piquette que grand cru! Il faut évidemment reconnaître qu’on peut difficilement assimiler les tâcherons de Bellinzone à Djokovic ou Federer.

Mais revenons sur ces dernières quarante-huit heures à Roland Garros pour découvrir quelques commentaires pas piqués des vers des spécialistes français de la raquette. Comme ils n’en ratent pas une, ils s’étonnaient par exemple, au terme des huitièmes de finale, qu’il n’y ait plus que deux Espagnols en lice pour la palme, dans la mesure où ils étaient quatorze au départ. En revanche, ils ne trouvaient absolument pas bizarre qu’il ne demeurât que trois Français au même stade, alors qu’ils étaient pourtant partis à trente-deux.

Mieux, ils se tapaient follement sur le ventre devant les formidables exploits de leurs compatriotes. Ceux de Gasquet d'abord. Puis, le revers d'enfer de Richard ne l'ayant pas envoyé au paradis, ils se sont rabattus sur le prodigieux Monfils, dorénavant objet de toutes les convoitises. Je ne vous raconte donc pas si j’attendais avec une rare impatience de les entendre étaler leur science, que ce soit sur Eurosport ou France 2. 

Le résultat fut à chaque fois au-delà de mes espérances. D’ordinaire, nos comiques de l’antenne changent plus ou moins d’avis à chaque jeu perdu ou gagné de leurs poulains. Des autres aussi d’ailleurs, mais c’est moins amusant. Là, c’était carrément à chaque coup de raquette.

C’est ainsi que Gaël a alternativement passé, entre revers perdu et coup droit gagné, que ce fut contre l’Espagnol ou le Suisse, de dilettante lent au démarrage et en manque flagrant de préparation, à fantastique compétiteur au talent exceptionnel et aux jambes de guépard. La première impression l'a finalement emporté, mais à cet instant, après le Gasquet nouveau, on avait le Monfils nouveau. C’est dire si la légende avait de quoi se faire du souci pour tenir le choc contre la terreur tricolore.  

Histoire de me montrer juste, je noterai toutefois que Rodgeur, à la veille d’affronter le scintillant showman, était vaguement rentré en grâce auprès de ses détracteurs, dont le pire de tous Patrick Mouratoglou, dans le talk show de Leconte. Le vipérin s’est en effet fendu de quelques compliments à l’égard du phénix. Bon gré mal gré, toutefois. Je remarquais bien que ça lui écorchait un chouïa la bouche. Pour ne pas avoir à recommencer d’ailleurs, il n’est simplement pas venu à l’émission mardi soir… 

Cela dit, côté info, la plus naze de ces deux jours, c’est à la TSR que je l’ai entendue. De la part de Rossier, qui n’a vraiment rien à envier à ses collègues hexagonaux. Jugez plutôt. Drôlement au courant des événements sur le Central, il nous annonce la venue sur le court du kiné pour ce malheureux Simon qui, mené 1-4 dans son troisième set contre Soderling. Il n’est pas bien et ça se voit, précise en substance et le plus sérieusement du monde l’ineffable Jean-Marc.    

Or non seulement Gilles se portait comme un charme puisque dès cet instant il a réussi à emmener son adversaire dans un tie-break, mais si le toubib a rappliqué, c’était juste pour soigner une ampoule ou deux à la mimine du Viking. Plus folklorique, tu regardes  Secret Story…

 

Lien permanent Catégories : A la volée 7 commentaires

Commentaires

  • Rossier est une catastrophe journalistique quand il commente le tennis.

  • Droz et Rosset ne sont pas mieux à baver devant Federer et Wawrinka : "Il l'a fait!!!!!!!!!!!!!!!!!!!"
    Quand Wawrinka a battu Roddick (autre tournoi) et Tsonga ici.

  • Pour ne pas devoir supporter les interminables commentaires (en grande partie autobiographiques) de Rosset, il suffit de changer de chaîne. Quel soulagement!

  • Grands amis de la Suisse, nous sommes peinés par le commentaire désobligeant et non avisé de votre journaliste sportif qui manifestement n'a pas de culture du vin. Le Beaujolais ne se résume pas uniquement au Beaujolais Nouveau, mais il comporte 12 appellations dont 10 Crus qui n'ont pas à rougir face à de nombreux "grands vins" au niveau qualitatif tout en restant abordables pour l'ensemble des consommateurs amoureux du vin. La région du Beaujolais est proche géographiquement de la Suisse et nous vous invitons à venir découvrir la beauté de ses paysages ainsi que sa route des vins. Nous travaillons en étroite collaboration avec les vins suisse, notamment avec votre station de recherche oenologique de Changins et dans le cadre du concours "L'international du Gamay". Comme nous ne sommes pas rancuniers, nous disons : allez Rodgeur!

  • ce qui est sympathique avec Roland Garros c'est que cela vous donne du grain à moudre pour vos envolées francophobes... c'est dommage, la plume était pourtant plutôt belle... mais que de certitudes! que d'affirmations péremptoires... enfin, j'ai cru comprendre que la francophobie à le vent en poupe à Genève depuis quelques temps...

    un peu plus d'objectivité vous aurait amenée à recueillir le sentiment des spectateurs et non des commentateurs (vous noterez que j'évite d'employer le mot journaliste...)et alors vous auriez constater que l'amateur de tennis français moyen est en général parfaitement lucide sur le niveau de ses joueurs!

    c'est au titre de cette lucidité que les français non seulement n'ont pas trouvé bizarre que 3 de leurs concitoyens soient encore en lice, mais s'en sont étonnés! il faut dire que les espagnols, en général, sont bien plus redoutables que les français sur terre battue...

    Lucides, les suisses ont pu l'être... longtemps... je vous parle d'un temps où Rodgeur n'avait pas encore tué le père en la personne de Sampras... et où le tennis helvétique vénérait Rosset et Hlasek n'hésitant pas à les porter aux nues...!

    je me souviens d'un match de coupe davis pendant lequel nous avons eu droit, de la part des commenteurs de la TSR, à un développement d'un quart d'heure pour expliquer que Rosset était le meilleur serveur de tous les temps! (si tant est que cela fut vrai restait que le tennis ne se résume pas au service! encore faut-il savoir retourner une balle dans le court!)

    Aller! voilà que je tombe dans le travers que je dénonce!!! bonne route et longue vie à Rodgeur! parce que pour lui... je veux bien entendre tous les superlatifs! il les mérite!

  • matthieu,
    A part Roger Federer, quel joueur appréciez-vous ?

  • malheureusement je suis un nostalgique...

    je regrette BigMac... Edberg...

    plus proche de nous le grand Sampras m'a longtemps contraint à rejeter Rodgeur qui a eu l'outrecuidance de le déloger du central de wimbledon...

    Pour cette raison après l'avoir longtemps "ostracisé", j'ai aimé et soutiens encore Rodgeur... dans les plus jeunes... Djoko, qui semble s'être débarassé de certains de ses travers qui lui ont valu la réputation d'être "comédien" aurait mes faveurs...

    côté français... gasquet est effectivement un gâchis... mais finalement comme beaucoup de français... le problème du tennis français n'est pas la formation ni le jeu mais, et je parle de ceux qui ont du talent, leur incapacité à tenir la distance et à accepter de se faire mal pour gagner!


    je vous retourne la question...

Les commentaires sont fermés.