Google Analytics

26/05/2011

Roland Garros: le complexe du compatriote

images[6].jpgPour la seconde fois, Nadal plie mais ne rompt pas. Après avoir lutté pendant quatre heures et cinq sets contre l’Américain John Isner, il a fallu plus de trois heures au pitbull pour venir à bout de son pote Pablo Andujar, à deux doigts de le pousser dans une quatrième manche.

Mais rien à faire. Le picador de Manacor, sauvant huit balles décisives dans la troisième, s'adjugeait à son habitude les oreilles et la queue, son malheureux adversaire étant rattrapé, comme tous les autres Ibères, par le complexe du compatriote.

C’est d’ailleurs également ce qui arrive dans l’immense majorité des cas à Stanislas Wawrinka, quasiment incapable de terrasser Federer. Ou à Tipsarevic et Troicki, qui ne parviennent pas à s’imposer face à Djokovic. Quand ils ne déclarent pas forfait en tombant contre lui, pour faciliter la tâche de leur redoutable chef de file…

L’intéressé  doit se frotter les mains en considérant l’extrême difficulté de son principal rival à s’imposer sur l’ocre parisien, sa terre de prédilection de surcroît. Alors que pour lui, c’est au contraire cadeau. Un Néerlandais poussif au premier tour et un Roumain diminué au second, forcé de jeter l’éponge pour cause de blessure à la cuisse.

Il y aura peut-être pire. Tout le monde pense, ou espère, que le Dracula serbe pourrait très éventuellement rencontrer quelques problèmes dans son affrontement avec Del Potro. Pourtant on murmure que l’Argentin serait toujours en délicatesse avec une hanche. Indécent, un pot pareil. Et surtout fastoche, dans ces conditions, d’aligner les victoires pour battre le record de McEnroe dans un fauteuil. Remarquez, cela n’empêchera pas le gotha du tamis d’en baver des ronds de chapeau.

A part ça, c’est fou ce que le tennis féminin, plus vilipendé que jamais après la défaite de Kim Clijsters était soudain devenu passionnant jeudi après-midi. Du moins pour les Français, puisque leur nouveau joyau, Caroline Garcia, a frisé l’exploit en dominant Sharapova pendant un set et demi. A 17 ans et des poussières, vous imaginez l’exploit! Juste en passant, je rappelle que Martina Hingis était numéro un mondiale à pratiquement douze mois de moins...

Mais bref, Rafa et Maria, même combat. La Russe, encore plus bousculée que son collègue masculin, n’allait pas se laisser marcher sur les pieds par l’orchidée noire hexagonale, bien que  celle-ci eût déclaré qu’elle allait gagner Roland Garros dans deux ans. Sinon, pourquoi pas, cette année. Prétentieuse la gamine, me direz-vous. Ce n’est pas l’avis de ses concitoyens, qui ne voient là qu’une saine ambition. Chauvinisme, quand tu nous tiens…

 

20:18 Publié dans A la volée | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook | | | | Pin it! |

Commentaires

COMIQUEsetti, inutile de coller des "commentaires" à chacune de mes interventions, je ne les lis pas!

Écrit par : vigogne | 27/05/2011

Cool moi non plus :)

Écrit par : Comisetti | 27/05/2011

Les commentaires sont fermés.