Google Analytics

Le grand miracle du tamis

Imprimer

C’était tellement moche qu’ils ont coupé la lumière! Je veux parler de ce calamiteux match de hockey entre la Suisse et la France à Kosice. Vous me rétorquerez que les hommes de Sean Simpson ont fini par l’emporter misérablement sur les Tricolores lors des prolongations.

Encore heureux. D’abord, les Bleus ne savaient pas vraiment où ils étaient. Confondant la Pologne et la Slovaquie, ces ignares congénitaux en géographie ont commencé par atterrir, je n’y crois pas, à Cracovie… Ensuite, la pub ne cesse d’annoncer nos laborieux de la crosse comme notre «plus puissante équipe nationale». Je ne vous raconte pas dans quel état doivent être les autres!

Mais je dois bien admettre que cela ne fait que contribuer à ma déprime de ce vendredi, où il a aussi fallu se farcir pendant des heures, sur quasiment toutes les chaînes, le mariage de Kate et William en direct. Puis dans tous les journaux télévisés en différé. Tout ça pour une robe et deux baisers furtifs.

Remarquez, c’est toujours mieux que le Tour de Romandie. Avec la RTS qui se vante d’avoir mis le paquet. Pas moins de 100 collaborateurs, quatre motos, un avion et un hélicoptère pour proposer, par exemple aux Romands, quinze heures de retransmission en direct sur TSR2, son site et ses applications

Aurtant d'argent dépensé alors que les pontes ne sont pas fichus de nous proposer un match de tennis où il n’y a pas de Suisses en jeu, ça me troue. Surtout qu’au train où ça va, à l’exception de quelques rencontres de Grand Chelem,  il n’y aura quasiment plus de raquette sur la TSR.

Eh oui on pourra se brosser avec Sa Grâce qui décline. Sans causer de Wawrinka qui, après ses récentes déclarations fracassantes au Matin selon lesquelles il visait carrément une place dans les dix à la fin de l’année, autrement posé une participation aux Masters, se fait rétamer au premier tour pour la deuxième fois de la saison.

Et cela dans un tournoi de campagne sur terre, en l’occurrence Munich, par un Jamaïco-Allemand qui pointe au 132e rang. Spécialiste du gazon de surcroît. D’accord, Dustin Brown, l’adversaire en question, est hypercraquant avec ses dreadlocks et son sourire ravageur. Il n’empêche qu’il n’est connu que de sa famille.

Mais si le Vaudois est loin d’avoir acquis la nouvelle dimension que certains lui prêtent, il y en a qui vogue dans la quatrième. Je qualifie volontiers Djokovic de Dracula serbe. Désormais c’est de pape qu’il me faudra le traiter. En effet, Novak vient d’être iconisé par l’Eglise orthodoxe du cru, qui lui a décerné la Médaille de Saint Sava du premier ordre, sa plus haute distinction

Parce qu’il a réussi à transmettre un message de paix, d’amour et de solidarité entre les hommes. Le grand miracle du tamis. Franchement je me pince, quand j'imagine que le Vatican, suite à sa béatification le 1er mai, va prendre tout son temps pour canoniser Jean Paul II….    

Lien permanent Catégories : Les pieds dans le plat 3 commentaires

Commentaires

  • Vous auriez pu aussi mentionner que ce cher Novak est nationaliste serbe - donc paix, amour et solidarité entre les hommes?

  • hii istanbuldan gelemk mesaj tavsileleri turkseks zafir seba çokateşli sevişilor

  • Vous demandez aux intervenants d'être conçis et courtois au sujet de leurs remarques éventuelles, et de votre côté, vous affublez nos voisins français d'ignares congénitaux....!!! C'est un peu l'hôpital qui se fiche de la charité. Quand au cyclisme, il est bien moins présent sur l'antenne de la RTS que le tennis. Enfin je rejois Jean Ramadani concernant le status de Novak...!

Les commentaires sont fermés.