Google Analytics

Federer voit son avenir en rose pétant!

Imprimer

C’est fou la vitesse à laquelle les choses changent, en sport en général et en tennis en particulier. Au terme de la première semaine de l’Open d’Australie, le Suédois Mats Wilander tressait des couronnes à Federer, louant son incroyable capacité à s’en sortir en résolvant les doigts dans le nez tous les problèmes se posant à lui. Ce qui en fait le meilleur joueur de tous les temps, ajoutait le viking béat d’admiration.

Funérailles, deux jours plus tard Amélie Mauresmo vilipendait notre gloire nationale, en insistant sur son manque total d’options face au Serbe… Scotchée, bluffée,  bref bouleversifiée par l’extraordinaire talent d’un Novak transcendé par une triomphale Coupe Davis, elle pense qu’il représente aujourd’hui  le top du top de la crème de l’élite. Et subséquemment donc, que les traditionnelles finales Nadal-Federer c’est quasiment fini. Tandis que l’Espagnol continuera à tenir le haut de l’affiche en compagnie de Djokovic, voire  de Murray,  le malheureux Rodgeur devra à son avis se contenter de jouer les guest stars.

Remarquez, comme elle nous raconte également que les Français filles et garçons, sont pratiquement tous capables de briller en Grand Chelem, ses analyses sont un chouia sujettes à caution. D’ailleurs Djokovic et Federer ne partagent pas celle qui les concerne. Le jeune Nole pense qu’il a encore du pain sur la planche avant de rattraper le Bâlois, tandis que Sa Grâce, espérant  boucler 2011 aussi bien que 210, voit son avenir en rose pétant.

Mais on le sait, la principale qualité du maestro, franchement en délicatesse à  Melbourne où il a failli se faire sortir par Gilles Simon au deuxième tour, n’est pas de se remettre en question. Certes, bien obligé, il a reconnu la nette supériorité de l’express de Belgrade en l’occurrence. En revanche, il n’a pu s’empêcher d’incriminer dans la foulée une surface un peu lente. Par ailleurs, piteusement battu en trois petits sets et auteur d’un nombre incalculable de fautes directes, notamment en revers, il estimait qu’il n’avait pas si mal joué. Décidément indécrottable, le Bâlois.

Reste évidemment à  découvrir si le nouvel amour d’Amélie confirme dimanche en finale face à Murray. Possible dans la mesure où la belette écossaise s’est défaite dans la douleur de la sangsue David Ferrer, accroché à ses basques pire qu’une moule à son rocher.

En attendant, j’ai d’autres soucis. Les hockeyeurs genevois. Pourtant, avant  leur misérable capitulation face à Bienne aux Vernets, j’imaginais  qu’ils avaient une bonne chance de conforter largement leur sixième place, McSornette ayant eu la bonne idée d'engager… Simek.  Ben oui, quoi. Autant de mecs d’un coup, ça devait leur donner des ailes, aux Aigles!

Lien permanent Catégories : Les pieds dans le plat 4 commentaires

Commentaires

  • Tu raocnte du n importe quoi, tu parle de 3 sets secs, donc tu ne connais rien du tennis, le match malgré 3 sets, était de très haut niveau. C normal que Federer fasse plus de fautes, son jewu est a haut risque. De toute façon dans un match il fuat un gagant et cété le jour du Djoker qui a incroyablement bien joué

  • Espérons, qu'il ne fera pas la prochaine fois. En général, je ne suis pas un grand plaisir de tennis. mais il semble de plus fascinant que jamais récemment

  • Mauresmo, comme Wilander, a tendance à juger dans le sens du poil voire à enfoncer des portes ouvertes. Partie prenantes du microcosmos tennistique en tant qu'anciens joueurs et consultants TV , ils ne vont pas scier la branche sur laquelle ils sont perchés. La même Mauresmo a été pitoyable en remettant en question la critique sévère mais complètement juste de Wilander sur le non match de Monfils face à Wawrinka. Si Monfils n'avait pas été français, vous pouvez être sûr qu'elle aurait adoubé le jugement de Wilander.

  • Mauresmo, comme Wilander, a tendance à juger dans le sens du poil voire à enfoncer des portes ouvertes. Partie prenantes du microcosmos tennistique en tant qu'anciens joueurs et consultants TV , ils ne vont pas scier la branche sur laquelle ils sont perchés. La même Mauresmo a été pitoyable en remettant en question la critique sévère mais complètement juste de Wilander sur le non match de Monfils face à Wawrinka. Si Monfils n'avait pas été français, vous pouvez être sûr qu'elle aurait adoubé le jugement de Wilander.

Les commentaires sont fermés.