Google Analytics

26/01/2011

Nadal, le Wawrinka de Ferrer à Melbourne...

Les duels entre compatriotes se suivent mais ne se ressemblent pas. Je n’entends pas moins d’ici le chœur des fans outragés par le titre de cet article. Oser comparer le grand d’Espagne au petit d’Helvétie, un vrai crime de lèse-pitbull. Parce que si le cannibale s’est incliné en quarts de finale, c’est évidemment parce qu’il était à nouveau trahi par son corps.

Cela ne souffre effectivement a priori pas de discussion, son adversaire Ferrer étant le premier à le reconnaître. Voilà cependant qui n’empêche pas les mauvais esprits de cultiver quelques doutes et de chipoter sur le sujet. Il est vrai que le bandage caché de Rafa ne semblait pas toujours l’empêcher de se démener ferme, pour tenter de freiner les remarquables ardeurs de son rival. Espoir des plus vains tant David était déterminé à écraser Goliath.

Quand même, terrassé par un virus à Doha, victime d’une blessure à Melbourne, ça commence à faire pour Nadal, près à nous offrir une variation sur une célèbre chanson, du genre :

J’ai les g’noux un peu mous
Et les cuiss’ qui déviss
Des faibless' dans l'biceps
Les tibias franch’ment las
Des bobos dans le dos
Du plomb dans les tendons
Peur pour mes adducteurs
Ah mon Dieu qu’c’est embêtant ces trucs aux ischio-jambiers
Ah mon Dieu qu’c’est embêtant de jouer comme un pied.

A se demander si le taureau de Manacor, stupidement encensé pour ses victoires contre des nobodies ou presque, n'est pas carrément out. La question ne semble pourtant pas perturber les spécialistes pour l'instant. Ce qui est d’ailleurs curieux. Selon eux, seul un traumatisme physique peut expliquer un revers naturellement passager de l’Espagnol. En revanche, ils évoquent immédiatement le déclin inévitable de Federer quand il égare quelques sets en raison d'une mononucléose ou d'un dos en compote.

Pour l’heure le maestro, qui se porte comme un charme, a donc rallié le dernier carré. Normal, il a écouté mes conseils. Abandonnant, pour un  galop fringant, son pas traînant adopté depuis le début du tournoi. La preuve il a livré son meilleur tennis pour abattre Wawrinka, dans un non match tournant à la correction. Le livre de la jungle. Mowgli hypnotisé par Kaa.

Bref une victoire étincelante, qui outre avoir complètement déboussolé le pauvre Stanislas, en dit long sur l’état comateux de Monfils et Roddick précédemment atomisés par le Vaudois. Sa Grâce va pourtant devoir se surpasser pour venir à bout de Djokovic en demi-finale, si j’en crois les experts de la raquette, aussi éblouis qu’impressionnés par l’extraordinaire  talent du Serbe.

A commencer par Guy Forget. Ce qui me rassure vaguement. Il est en effet logique, pour le capitaine de Coupe Davis, d’imaginer plus qu’un génie dans le bourreau des Bleus... Et d’espérer le voir tomber la légende du tamis pour mieux accepter le naufrage de ses "Fantastic Four", le mois passé à Belgrade.  

   

 

15:17 Publié dans Les pieds dans le plat | Lien permanent | Commentaires (4) | |  Facebook | | | | Pin it! |

Commentaires

Décidément, Edmée, vos propos sont d'une éblouissante vacuité.

Écrit par : Déblogueur | 26/01/2011

Un peu dur pour Nadal, mais très drôle et plein de mauvaise foi :) Continuez comme ça, merci!

Écrit par : Nowar | 27/01/2011

Drôle et surtout TRES original, non?
La chanson d'Ouvrard n'a guère qu'un siècle...
L'Edmée, payée pour faire du plagiat à la PPDA?
Le voilà moins seul.

Mieux, la modestie revient au galop:
Roger a gagné grâce aux conseils d'Edmée...
Incurable.

Écrit par : ifosifos | 27/01/2011

Très drôle, cette variation!

Différence de traitement de journalistes p/r à Nadal et Federer? Très simple. Quand Federer perd PARFOIS suite à des problèmes (mononucléose, maux de dos), personne ne le sait car il s'abstient de le montrer et de le mentionner. Nadal, bien qu'il prétende le contraire, évoque tout le temps ses blessures (cela dit pas aidé par son oncle et coach Toni) qu'elles que soient la gravité d'où ce discours stupide de "Nadal ne perd que quand il est blessé".

Écrit par : vigogne | 28/01/2011

Les commentaires sont fermés.