Google Analytics

La voie royale pour le cannibale à Melbourne

Imprimer

A deux doigts du premier Grand Chelem de l’année, les spécialistes n’en peuvent plus de se triturer les méninges, décortiquant à l’envi les atouts et faiblesses des deux rois de la raquette. La plupart d’entre eux ont pourtant tendance à miser sur Nadal pour s’imposer à Melbourne. En ce qui me concerne, le voyant jouer les Attila ces derniers temps, j’étais pour une fois prête à parier plutôt sur les chances de Federer.

Mais j’ai pas mal déchanté en consultant le tirage au sort. Car il est loin d’être favorable au maestro, qui de surcroît a la sale habitude de traînasser sur le court au début des tournois. Une manie qu’il ferait bien de perdre dans la mesure où il affronte d’entrée de jeu Lukas Lacko. Non seulement le Slovaque est joli garçon, mais il avait créé la surprise en raflant un set au pitbull ibère à Doha il y a une semaine. Seule chose vaguement rassurante, le cannibale était en principe miné par un virus.

En cas de victoire, le Suisse serait bien inspiré de continuer à se remuer les fesses, car il risque de trouver sur son chemin le Français Gilles Simon, qui l’a battu deux fois et vient de faire des étincelles à Sydney. Ensuite il y aurait Monfils, puis Roddick, bref l’angoisse jusqu’en quarts de finale.

En revanche,  même convalescent, son ennemi  intime sera assez tranquille jusque là, si j’en juge par la voie quasi royale qui s’offre à lui. Ivan Lendl, qui a procédé au tirage, a eu la main lourde. Et d'autant plus injuste que le brave Rodgeur s'est  héroïquement porté au secours des victimes des terribles inondations dans le Queensland.  

Battant le  rappel de ses potes, il a donc organisé une rencontre de charité dimanche, histoire de récolter des fonds. Comme quoi  il n’est pas aussi insensible, pingre et préoccupé de sa petite personne que les esprits chagrins le prétendent. On me rétorquera que c’est facile de se montrer généreux avec l’argent des autres. Mais quand même, Sa Grâce paie drôlement de sa personne depuis décembre.  

Je l’admets, c’est moins douloureux pour le porte-monnaie. En réalité, la vraie noblesse des millionnaires de la raquette eût été d’offrir aux sinistrés australiens leur chèque de la quinzaine. Mais il ne faut pas rêver. Brisbane sera cent pieds sous l’eau avant qu’un tel miracle se produise…

A propos de rêve, je doute que celui de Didier Cuche de s’imposer au Lauberhorn se réalise. J’en veux pour preuve le fait que la flèche des Bugnenets s’est montrée impériale à l’entraînement. Rien à voir, hélas, avec la course. De toutes façons, au cas où les choses tourneraient au cauchemar, le Neuchatelois ne serait pas seul en enfer. Il y croiserait les Aigles de McSornette, à nouveau tout ébouriffés en championnat après s’être lissé les plumes à la Coupe Spengler.

Lien permanent Catégories : Les pieds dans le plat 1 commentaire

Commentaires

  • A propos du Didier cruchon je suppose qu’en utilisant le terme "la flèche" vous vous adonniez à votre passetemps favoris le persiflage.

    Lorsqu’on parle d’un agnoti ou d’un benêt il est courant d’utiliser cette expression populaire : "quelle flèche que celui-là"

Les commentaires sont fermés.