Google Analytics

Nadal terrassé par un microbe russe!

Imprimer

A croire que c’était le Russe qui avait inoculé à l’Espagnol, le virus apparemment responsable de ses piètres prestations à Doha. A moins qu'il ne jouât la comédie, j'admets qu’il n’avait pas l’air superbien, le pauvre Rafa. Cela pourrait notamment expliquer la calamiteuse roue de vélo que lui a infligée au second tour le Slovaque Lukas Lacko, très mignon mais quasiment inconnu au bataillon.

Toujours est-il que la poignée de main de Nadal à Davydenko, son bourreau de jour, fut sibérienne. Battu à plate couture par son adversaire au sommet de sa forme, le cannibale ahanant comme une rosse au bout du rouleau, ne ralliera donc pas la finale pour un énième duel  avec Federer, plus fringant qu’un poney face à Tsonga, qu’il a également balayé en trois coups de cuillère à pot. Nonobstant le commentateur d’Eurosport, qui nous a bassinés à longueur d’échanges avec la force herculéenne de l’impressionnant Jo-Wilfried.

Cela dit, je ne vous raconte pas si la légende devra drôlement se méfier du Poutine des courts. Tellement véloce qu’à côté de lui un guépard ferait penser à une tortue centenaire. D’autant que le Suisse a démarré au diesel frelaté. A l’instar de son meilleur ennemi, il a lamentablement peiné dans ses deux premiers matches pour se débarrasser de cinquièmes couteaux au-delà de la centième place, dont son pote bâlois Chiudinelli.

Mais le tennis cette semaine louchait plutôt côté people. Bien que l’info datât de quelques mois, la vie privée de Wawrinka a enflammé le web et les médias, lorsqu’on a appris qu’il avait déserté le domicile conjugal au retour de la pitoyable défaite des Suisses en Coupe Davis,  le 22 septembre dernier. Encore que le feu soit peu ou prou circonscrit à l’Helvétie. Je doute en effet qu’on s’intéresse des masses aux déboires conjugaux d’Ilham Vuilloud très au-delà de nos frontières. Il y a quand même loin de son mari à Tiger Woods…

En attendant, je crains fort que Stan ne se fasse de douces illusions. Ce n’est pas parce qu’il a brutalement  abandonné femme et enfant pour se consacrer entièrement, paraît-il, à sa carrière tennistique que la petite balle jaune va soudain s’offrir complaisamment à lui. Au contraire, il lui faudra cravacher dur. 

En effet, son parcours gagnant à l’Open indien de Chennai, chichement doté notamment en participants, ne change pas grand-chose au fait qu’à 25 ans, il ne compte que trois victoires dans ce genre de tournois de campagne et six participations à des finales aussi peu relevantes ou presque.

Voilà qui n’empêche pourtant pas la Banque Cantonale Vaudoise de continuer à miser imprudemment sur le poulain du cru et sa formidable capacité à tenir ses engagements jour après jour. L‘établissement, estimant par ailleurs qu’il est carrément un exemple à suivre (Ilham et Alexia lui disent merci…), trouve qu’il a pris une nouvelle dimension suite à sa décision d’engager l’entraîneur Peter Lundgren, l’ex- de Federer.

Mais notre besogneuse chrysalide a beau tenter d’imiter désespérément Sa Grâce,  ce n’est pas demain la veille qu’elle se muera en papillon aérien. Comme expliquerait embarrassé  un chirurgien esthétique à un boudin avide de ressembler à une bombe, c’est coton de transformer un buffet campagnard en commode Louis XV…

Lien permanent Catégories : Les pieds dans le plat 2 commentaires

Commentaires

  • Bonne année Edmée,
    Le 6 janvier étiez-vous la reine ? Vous le valez bien!
    Superbe écriture et quelle ironie et quelle perfidie.
    Bravo

  • Merci et Bonne Année à vous Hypolithe,
    Non, je ne fus pas la reine le 6 janvier. Mais même si vous estimez que je le vaux bien, je préfère le côté roturier de mon existence. A moins ne risquè-je pas de devoir céder ma couronne...

Les commentaires sont fermés.