Google Analytics

12/08/2010

Le retour du roi à la couronne en berne

Certes, la légende reste la légende avec ses seize grands Chelems. Mais que ce troisième rang me blesse la rétine, quand je le vois implacablement écrit noir sur blanc. Rappelant que le roi, à la couronne en berne depuis l’Open d’Australie, erre misérablement sur les courts à la  recherche de succès qui lui permettraient d’entamer un semblant de remontée vers les sommets.

Mais vu la quantité de points à défendre pour tenter, ne serait-ce que de se rapprocher de Nadal, ça va être coton. Même si Federer affirme que dans le fond, ce n’est qu’une question de temps. Il est vrai qu’il vient d’opérer un retour gagnant à Toronto salué bien bas par les fans et portant ainsi à 210 ses triomphes dans les Masters 1000. Un nouveau record pour le Bâlois, plutôt content de lui en l’occurrence.

A part ça, la tenue de l’Helvète aux bras pas trop noueux fait jaser sur la Toile et ailleurs. A cet égard, on parle beaucoup de «body language» pour tenter d’évaluer la motivation des joueurs. Eh bien, à mon avis, les fringues ça vous raconte également quelque chose.

Je m’explique. D’un côté vous avez Sa Grâce et son petit maillot rose layette sur un short brun-beige. De l’autre, le pitbull de Manacor, arborant lui aussi un T-shirt rose, mais fluo pétant sur un bermuda d’un blanc éblouissant, le tout en jetant un max. Du coup le Bâlois, imprudemment qualifié de prédateur par certains , (pourquoi pas de panthère tant qu’ils y sont!), a l’air délavé face à l’Ibère plus flamboyant que jamais. Même s’il a curieusement mis un temps fou à se débarrasser du Vaudois Wawrinka dans son premier set du tournoi canadien.

Bref, je me demande avec angoisse la durée de cette reprise pour Rodgeur après trois semaines. Qui a donné un deuxième début de rèponse un s'imposant également contre le Français Llodra. Rien d'étonnannt en somme. Mais dans la mesure où le maestro en délicatesse se laisse aujourd’hui terrasser par à peu près n’importe qui, c’était un peu la panique.

Et je ne sais pas si le succès des footeux suisses m’aurait apporté une grande consolation en cas de revers sévère de mon tennisman préféré au troisième tour. Il paraît pourtant que leur résultat étriqué contre les Autrichiens en match amical est de bon augure pour la campagne de l’Euro 2012. J'en doute, mais il est vrai que c’est toujours mieux que la France qui, comme je le pressentais dans ma précédente chronique a trouvé moyen d’aller perdre contre la Norvège à Oslo. Replongeant les supporters dans un désespoir qu’ils venaient à peine de surmonter après la débâcle sud-africaine.

Cela n’empêche pas d’optimistes spécialistes tricolores du crampon de voir du plus volontaire et du plus frais dans cet échec annoncé aux couleurs du drapeau national : le bleu des joueurs, le blanc de Laurent et le rouge de la honte. C’est ce brave Domenech qui doit prendre son pied !

23:24 Publié dans Les pieds dans le plat | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | | Pin it! |

Les commentaires sont fermés.