Google Analytics

07/03/2010

Dupuis-Wawrinka, même combat!

Absolument confondante. Je veux parler de la nouvelle performance à l’antenne de Pierre-Alain Dupuis, encore plus calamiteuse que celles de Wawrinka dans ce quart de finale de Coupe Davis à Logrono. Qu’il s’agisse de son double avec Allegro (certes le Valaisan est loin d’être un cadeau) et surtout de son deuxième simple. Où, non content de jouer comme un pied, il cassait stupidement sa raquette pour précipiter sa chute.

Ce qui n’a pas empêché la Perruche  de nous bassiner pendant deux sets avec les réelles possibilités de Stanislas de venir à bout de Ferrer, adversaire à son avis nettement plus besogneux que talentueux. Un métronome sans armes offensives, lâchait-il avec mépris. S’offusquant par ailleurs des méchantes remarques de certains internautes à l’égard de son poulain, il allait jusqu’à déclarer que ce dernier  répondrait  à ses détracteurs iniques par ses coups, dont seuls les plus brillants naissaient de sa raquette magique…

Ben voyons. Car  évidemment  le Vaudois, prétendument capable du meilleur, nous a offert le pire à son habitude. Et en le voyant se liquéfier piteusement sous les assauts furieux de l’Espagnol, PAD, s’interdisant toutefois un quelconque reproche à l’égard du malheureux, ne tardait pas à devoir déchanter. Forcé de se rétracter, il se vantait du coup de sa redoutable perspicacité des débuts des hostilités, quand, de conserve avec son consultant également assez folklorique dans ses analyses, il affirmait cultiver quelques doutes sur les chances des Helvètes de battre les Espagnols!

Surtout sans Federer, se permettait-il audacieusement d’ajouter. Mais, terrorisé à l’idée d’avoir osé émettre un jugement vaguement défavorable à Sa Grâce,  il s’empressait de corriger cette vilaine impression. On ne va pas critiquer les choix de Rodgeur, le meilleur joueur de tous les temps avec une carrière personnelle à mener, se justifiait-il sottement. 

Eh bien oui, justement, je les critique les choix du Bâlois. Vivement en plus. Et ne venez pas me causer de son infection pulmonaire. Même sans, il n’aurait pas daigné participer. Alors, je vous le demande, à quoi cela sert-il d’être une légende si on refuse aussi systématiquement qu’égoïstement de venir aider ses camarades à écrire une petite page d’histoire?

 

18:28 Publié dans Les pieds dans le plat | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | | Pin it! |

Les commentaires sont fermés.