Google Analytics

29/08/2009

Pourquoi Federer doit gagner l'US Open

En rouge et noir, ou vice-versa,  tenue complétée par une veste à ses initiales brodées sur la poitrine, Sa Grâce va drôlement en jeter sur le Central new-yorkais.

Mais à part pour Nike, là n’est pas franchement l’important en ce qui concerne la Jeanne Mas de la raquette. Si Rodgeur  n’égale pas la performance de l’Américain Bill Tilden, vainqueur six fois d’affilée à l’Us Open dans les années 20, il lui faudra cravacher sec pour maintenir son statut  de légende du tamis planétaire.

Car le roi doit y arriver les doigts dans le nez, quand on considère l’apathie de ses dauphins. A commencer par la belette écossaise. Epuisée après seulement neuf matches entre le Québec et l’Ohio, cette mauviette se prend en plus pour Lapalisse. « Si je joue bien je peux gagner ce tournoi », clame Murray. Je crois entendre un commentaire de Pierre-Alain Dupuis.

Quant à Nadal, il aimerait certes boucler la boucle histoire de s’illustrer enfin, à l’image du Maître, dans les quatre Grands Chelems. A mon avis pourtant, ça ne sera pas de la tarte pour le pitbull édenté de Manacor.

Sa seule certitude pour l’instant, c’est de se retrouver au deuxième tour, vu qu’il affronte le peu stupéfiant Gasquet au premier. Les carottes sont tellement cuites pour le Biterrois que même les experts tricolores n’arrivent pas à imaginer le contraire. Rassurez-vous, ils n’ont pas perdu l’entier de leurs illusions, puisqu’ils placent déjà Tsonga, Simon, Mathieu et Monfils en seizièmes de finale…

Bref. Pour en revenir aux pseudo-rivaux  du phénix, il y a encore Djokovic. Sauf que la simple charité chrétienne m’incite à me taire, tant est cruellement révélatrice sa conviction d’avoir livré un supermatch contre l’Ibère diminué en demi à Cincinnati.

Aussi chimérique que le président Pishyar, le Schtroumpf. Vous avez sans doute lu qu’après avoir comparé Servette à un diamant, le ponte veut en faire le Manchester United de la Suisse. A en juger par les derniers développements, ce n’est pas demain la veille.

Il me suffit de me référer à l’affaire Müller. Alors que le boss grenat s’est traîné à ses genoux pire que Merz à ceux de Kadhafi pour satisfaire ses exigences, le Genevois, tiraillé entre la paresse et la trouille préfère, figurez-vous, rester sur le banc à Monaco que fouler le terrain d'un futur club ultra-décoiffant! 

Du Müller pur porc, relève un connaisseur. On ne saurait mieux dire. Ce pauvre Patrick est une vraie saucisse !

11:31 Publié dans Les pieds dans le plat | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook | | | | Pin it! |

16/08/2009

Chinois, le Léopard d'Or

 

Bonjour l’ambiance à la traditionnelle conférence de presse pour annoncer les gagnants de 2009! D’où un palmarès balancé à la va vite, avec certains jurés qui faisaient carrément la gueule. Une prestation médiocre et peu glamour, à l’image en somme de la dernière édition du directeur Frédéric Maire, qui cède sa place à Olivier Père.

  

Heureusement en tout cas que je n’avais pas parié mes économies sur les lauréats de ce 62e festival, j’aurais dû rentrer en stop à Genève! Mais je plaisante, jamais je ne m’y serais risquée. A Locarno c’est bien connu, le critique propose et le jury dispose. Résultat, au petit jeu des pronostics, j’ai eu tout faux. Mon manga, plutôt celui de Mamoru Hosoda, est passé complètement à l’as. Itou concernant mes favoris pour l’interprétation, Nina Meurisse et Cyril Descours, le couple de «Complices» du Suisse Frédéric Mermoud.

 

Du coup, le Léopard d’Or a été «logiquement» attribué au très conventionnel et moyen «She, a Chinese» de la réalisatrice Xiaolu Guo. Pas honteux toutefois. J’avais d’ailleurs cité la fuite en avant de cette fille, décidée à quitter le quotidien ennuyeux de son bled. Mais pour une médaille d’argent ou de bronze. Au temps pour moi…

 

Petite consolation, c’est une autre cinéaste, la Danoise Urszula Antoniak, qui décroche avec «Nothing Personal» le Léopard de la première œuvre, sa comédienne Lotte Verbeek étant en outre sacrée meilleure actrice. Le film évoque la solitude, puis le rapprochement, d’une jeune marginale et d’un vieil ermite. Côté masculin, l’interprétation revient à Antonis Kafetzopoulos dans «Akadimia Platonos» du Grec Filippos Tsitos. Cette comédie raconte l’histoire de quatre glandeurs quinquas, aussi désespérés que bourrés de préjugés envers les immigrants albanais et chinois.

 

Quant au Moscovite Alexei Mizgirev, il rafle le Prix Spécial du Jury et celui de la mise en scène pour «Buben. Baraban». L’opus montre la difficulté de gens ordinaires à s’en sortir dans la Russie de la fin des années 90. Si je vous en parle c’est juste histoire de vous informer, car j’ignore si ou quand vous aurez le bonheur de voir ces œuvres. Tandis que mon manga et «Complices», ça va sortir…

 

Mais il y a plus important. La fréquentation de la Piazza Grande, dont je vous ai déjà entretenus. Le nombre des spectateurs a légèrement augmenté, mais la moyenne n’atteint pas 5500, malgré un temps superbe. A mon humble avis, il est urgent d’envisager sérieusement une programmation moins ciné-club et plus populaire. Il faut également cesser de se reposer sur les entrées dans les différentes salles pour s’autocongratuler. Surtout que les chiffres, même en baisse, sont trompeurs sur la prétendue folie cinéphile du public locarnais. Il suffit d’assister à un exode souvent massif à peine la projection commencée pour s’en convaincre.

 

Autrement posé il me reste à espérer, après cette ultime performance «mémaire», que 2010 ne se révèle pas trop «pépère»…

 

 

14:53 Publié dans La griffe du léopard | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | | Pin it! |

14/08/2009

Qui va mettre les léopards en cage?

Et voilà. La chasse aux fauves se termine. Il reste un seul film en course, à découvrir demain, «La chanteuse de tango» de l’Argentin Diego Martinez Vignatti. Ses confrères, eux, se rongent déjà les ongles. La compétition, où se mesurent trois réalisatrices et où on découvre six premières œuvres, divise naturellement les festivaliers. «Je n’ai rien vu d’aussi mauvais depuis longtemps», critiquent les uns avec violence. D’autres se montrent indifférents, trouvent pas mal, ou plutôt bien. En tout cas mieux que l’an dernier…

 

Rien de nouveau sous le soleil. Ce refrain, on l’entend à chaque édition. En fait, sur les dix-huit longs métrages qui nous ont emmenés de Suisse en Chine en passant par le Japon, la Russie, l’Afrique du Sud ou la France, qui domine la sélection avec deux productions et quatre co-productions, une demi-douzaine sortent plus ou moins du lot. Comme d’habitude.  

 

Mon préféré reste «Summer Wars», le film d’animation virtuose et inventif du Japonais Mamoru Hosoda, qui mêle réel et virtuel, traditions et technologie, en affirmant la toute puissance du réseau familial sur le système high-tech d‘internet. En ce qui concerne l’argent et le bronze, il y a «The Search», du Tibétain Pema Tseden, «Complices» du Suisse Frédéric Mermoud, «L’insurgée» du Français Laurent Perreau, ou encore «She a Chinese» de la Chinoise Xiaolu Guo.

 

Il faut aussi se méfier de «A religiosa portuguesa» de l’Americano-Français Engène Green, qui en a plongé plus d’un dans l’extase. Et de… En réalité, il faut se méfier de tous ici, à commencer par le méritant et l’improbable. Non seulement on n’est pas à Cannes où le meilleur de la création mondiale permet quelques certitudes, à l’image des deux principaux gagnants de mai dernier Michael Haneke et Jacques Audiard. Mais les jurés locarnais nous ont habitués aux lauréats les plus farfelus.

 

Pareil avec les prix d’interprétation féminin et masculin, où les comédiens des films cités plus haut ont évidemment leur chance. Je me contenterai donc de vous livrer mes favoris à ces deux médailles, Nina Meurisse et Cyril Descours, le jeune couple aussi crédible qu’attachant de «Complices». Verdict demain soir sur la Piazza Grande.

17:51 Publié dans La griffe du léopard | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | | Pin it! |

13/08/2009

Sale temps pour les pique-assiette!

Peu folichonne, la journée du cinéma suisse. Côté pellicule il y avait certes foule, mais on n’en a pas moins oscillé entre le dégoulinant de bons sentiments avec «Baba’s Song», le conte musical de Wolfgang Panzer, et «La valle delle ombre» du Tessinois Mihàli Györik, une fable noire carrément calamiteuse, proposée en guise d’apothéose sur la Piazza Grande. Un ratage à l’image de la fête aux Bains de Locarno qui a suivi. Car «fête», il faut le dire très vite. Si l’on excepte le décor naturel, forcément sublime, je ne vous raconte pas l’aspect frugal de la chose. On se serait cru rue des Granges!.

 

Vous me rétorquerez que c’est la crise. D’accord, mais dans ce cas on s’abstient, au lieu de tomber dans le misérabilisme souffreteux. J’exagère à peine. Tout retournés et criant famine, les pique-assiette en sont restés bouche bée. Pas le moindre canapé ou petit-four à l’horizon. Même pas un buffet pain et fromage. Rien, la disette, l’indigence, le dénuement.

 

Partant de l’idée que des festivaliers normalement constitués ne mangent plus après 23 heures, il n’était pas question, pour les organisateurs de ce raout, de les nourrir. A part avec quelques olives et amandes parcimonieusement disposées dans des coupelles. Ou alors, il fallait casquer. Douze francs le chili con carne pour ceux qui s’étaient imprudemment risqués dans ces lieux inhospitaliers sans se sustenter.

 

De l’extorsion de fonds! Mais à mon avis, c’était encore plus miteux côté boissons, avec une carte indiquant «A nos frais» et «A vos frais» Inutile de préciser que tout ce qui dépassait en degrés d’alcool un méchant vin blanc tiède et le prosecco était pour le cochon de payant. Plus chiche, on te demande d’apporter ton sandwich et ta gourde!

 

Bref, à se cacher dans un trou de souris ou à changer de nationalité. Parce que question image, c’était franchement la honte!

.

 

 

 

 

18:14 Publié dans La griffe du léopard | Lien permanent | Commentaires (8) | |  Facebook | | | | Pin it! |

12/08/2009

Il faut sauver la Piazza Grande!

 

Une chose est claire, la Piazza Grande est l’âme du festival et Locarno n’existerait pas sans elle. D’accord, elle n’est pas aussi menacée que le gorille des montagnes ou le requin pèlerin. Mais tout de même, elle se dépeuple drôlement cette année. Une moyenne pitoyable de 5000 spectateurs par soir depuis le début, alors qu’il y a  parfois deux séances. Avec un pic à 7200 samedi dernier, une banalité dans la mesure où elle en absorbe plus de 8000, et un creux catastrophique à 2500, lundi soir. Sans compter que la météo n’est pas en cause.

 

Si les choses continuent de cette façon, les chiffres ne risquent pas d’exploser lors du bilan final ! Question de programmation peu alléchante évidemment. La faute en revient à Frédéric Maire. Il n’exige, paraît-il, que des premières mondiales. La belle affaire. Qu’importe un inédit  planétaire s’il est mauvais ? Bien sûr, on n’a pas toujours vu des merveilles en plein air par le passé, bien au contraire. Sauf que pour booster l’endroit, Marco Muller et Irene Bignardi, les directeurs précédents, n’hésitaient pas à programmer quelques perles cannoises en guise d’avant-premières suisses.

 

Il est vrai que certains critiques le leur reprochaient, mais les fans n’en avaient cure. Mieux, le  déjà vu mille fois ne les avait pas empêchés de se ruer à 10.000, quitte à s’asseoir par terre, pour ne pas manquer « Les oiseaux » du grand Hitchcock. Surtout en présence de Tippi Hedren…Bref,  pour ne rien vous cacher, je m’étonne que Frédéric Maire fasse aussi peu de cas de ce lieu magique.  

 

Enfin, heureusement qu’il nous a déniché quelques films convenables en compétition, dont une pépite. Je crois vous avoir raconté que je ne raffole pas des mangas. Mais s’ils étaient tous comme « Summer Wars », j’en redemanderais. Parce qu’il a de quoi faire sacrément de l’ombre, un euphémisme, à la désormais traditionnelle journée du Cinéma suisse, pour laquelle on a même peint le léopard en rouge et blanc.

Le virtuel et le réel se mêlent et se confrontent génialement dans ce long métrage d’animation de Mamoru Hosada, qu’on verrait bien quitter le Tessin cousu d’or. Un film extraordinairement foisonnant et incroyablement inventif, où les membres d’une famille nippone ordinaire s’unissent autour d’un petit génie en mathématiques pour sauver le monde. Faisant ainsi échec à la guerre totale qui se prépare dans la cité d’Oz, créée sur internet pour le fun, le business et la vie en général. Un chef d’œuvre du genre que nous offre le réalisateur japonais, avec cette captivante aventure en forme de victoire de la tradition et des liens familiaux sur la technologie la plus pointue.

 

17:48 Publié dans La griffe du léopard | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook | | | | Pin it! |

Après un week-end faste, Locarno continue sur sa lancée

 Il y a quand même quelques bons films…Plus que l’année dernière, remarquent des festivaliers croisés ici et là ». Sans atteindre des  hauteurs stratosphériques, la fusée Locarno continue en effet sur sa lancée après son décollage du week-end dernier, où les réalisateurs suisses et français ont largement contribué à doper la sélection dans ses divers volets. Sans oublier l’Italien Pippo Delbono, qui a beaucoup intrigué avec La Paura, filmé grâce à un téléphone portable. Mais si je peux le suivre dans son idée de retrouver une certaine rage face à la passivité et à l’absence de critique, j’avoue qu’en-dehors de quelques scènes choc, je ne suis pas véritablement transportée par le résultat artistique de l’œuvre.  

 

Je lui préfère de loin « The Search » du Tibétain Pema Tseden. J’irais jusqu’à dire qu’il a des allures de Léopard. Une équipe de tournage traverse le Tibet à la recherche de deux acteurs pour interpréter les personnages principaux d’un célébre opéra de la région. Cette quête à la fois fascinante et insolite mêle traditions, musique, amour et humour sur fond de somptueux paysages montagneux.

 

Une originalité qui se retrouve dans « Petit Indi » du cinéaste espagnol Marc Recha, proposé sur la Piazza Grande. Ce singulier conte noir sur la perte de l’innocence au générique à la Blake Edwards, vous laisse découvrir un étrange univers dans la banlieue de Barcelone.

 

Autre excellente surprise. « Les arbitres »,  du Belge Yves Hinant. Un petit événement du festival qui vous replonge dans l’Euro 2008,  en suivant les « hommes en noir » en pleine action,  restituant leurs commentaires, leurs émotions et leurs sentiments. Plaisir et fierté mêlés de peur. La peur de mal faire, de se tromper, de fausser un match. Vous me rétorquerez que le foot, ça ne vous branche pas des masses. Pas grave. Même les plus ignares du crampon sont séduits par cet étonnant documentaire. Il montre par exemple à quel point la décision d’un arbitre peut peser sur le reste de sa vie dans cet univers où les passions s’exacerbent. Surtout celles de supporters débiles.

 

A part ça, le président Solari nous a sûrement menés en bateau en nous racontant qu’il n’aimait pas les stars. En tout cas, il n’avait pas trop l’air de se forcer en faisant des ronds de jambe à Micheline Calmy-Rey, débarquée au festival pour la commémoration des 6o ans des Conventions  de Genève. Il est vrai qu’elle avait quelque chose à dire, elle, suite à la projection de Custodi di guerra de Zijad Ibrahimovic, s’interrogeant sur les traces qu’un conflit laisse dans les consciences. La conseillère fédérale a notamment mis l’accent sur les guerres qui touchent aujourd’hui plus de civils que de soldats, se demandant si les Conventions de Genève étaient suffisamment claires et n’exigeaient pas une réadaptation.

 

 

12:14 Publié dans La griffe du léopard | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | | Pin it! |

09/08/2009

Piccoli s'amuse et les Suisses séduisent

 

Toujours aussi facétieux  le grand Piccoli, héros aux côtés de la jeune Pauline Etienne de L’insurgée. Ce premier long métrage du Français Laurent Perreau, en course pour le Léopard d’Or, évoque la vieillesse et l’adolescence, deux lignes parallèles qui finissent par se rejoindre à la fin du film.

Dans ce conflit générationnel, Michel Piccoli incarne un grand-père mystérieux, aussi extravagant que secret. « Je me suis régalé avec ce personnage, raconte-t-il à la conférence de presse. J’aime ce qui est secret et passionné. C’est pour cette raison que je ne serais jamais le partenaire d’Arnold Schwarzenegger ». L’assistance jusqu’ici pétrifiée se détend. Piccoli en profite pour rajouter une petite couche. « C’est vrai qu’il n’est plus acteur. Il a sauvé la Californie qui, comme on ne le sait, est au bord de la ruine. Comment fait-on pour être au bord de la ruine ? Ce sera le titre du prochain film de Schwarzie. Avec Sarkozy. Qui va beaucoup mieux, je vous rassure. Il m’a téléphoné ce matin. Il avait la voix encore embrouillée, mais il va mieux… »

 

Nicolas Sarkozy est décidément la cible privilégiée de Michel Piccoli à Locarno Il y a deux ans, il lui avait déjà balancé une pique pour amuser la galerie. Plus sérieusement, il avoue une chose qu’il dit raconter pour la première fois. « Tout ce qu’on voit dans L’insurgée je l’ai vécu. Du début à la fin, du refus des passions à la solitude entre un homme et une femme. C’est pour cette raison que cette histoire m’a bouleversé ».

 

Reste à espérer pour Laurent Perreau que le jury y soit aussi sensible. Enfin pas trop, car il y a un autre premier long métrage plutôt réussi (à part la fin) en compétition, Complices, du Suisse Frédéric Mermoud. Un polar prétexte à l’étude de mondes qui se frôlent. Le réalisateur suit ainsi parallèlement l’enquête de deux  inspecteurs incarnés par Emmanuelle Devos et Gilbert Melki, pour retrouver l’auteur d’un meurtre sordide et l’histoire d’amour entre deux jeunes qui testent leurs limites en plongeant dans l’univers glauque de la prostitution.

 

Le film de Mermoud  confirme le talent de Cyril Descours et de la solaire Nina Meurisse, notamment vue il y a quelques années chez Ursula Meir. Il a aussi contribué à sortir le festival de son état comateux. Comme d’ailleurs La disparition de Giulia du Zurichois Christoph Schaub, une comédie sur les affres et les méfaits de l’âge qui  a provoqué l’enthousiasme des spectateurs de la Piazza Grande. Il faut reconnaître que le sujet concerne les 90 pourcent, voire plus, des festivaliers… Qui vont sans aucun doute également vibrer pour Les derniers jours du monde des frères Arnaud et Jean-Marie Larrieu.

 Adapté du roman éponyme de Dominique Noguez, ce faux film catastrophe aux vraies allures d’apocalypse érotique permet à Mathieu Amalric, Catherine Frot et Karin Viard de se livrer sans complexes ni tabous aux plaisirs de la chair.   

 

A part ça et juste en passant, Locarno est devenu le lieu de toutes les rencontres. C’est même là que se ferait l’élection du successeur de Pascal Couchepin. Je me suis laissé dire que les pontes qui s’occupent de la chose organisent à cet effet des réunions secrètes dans des grottos des environs…  

19:12 Publié dans La griffe du léopard | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | | Pin it! |

07/08/2009

Tempête dans un verre d'eau, un concept inventé pour Locarno

 

Comme à chaque festival locarnais ou presque, on a eu droit à notre tempête dans un verre d’eau. Cette fois, il s’agit de la polémique entre l’Office fédéral de la Culture (OFC) et deux associations de producteurs de films. En substance, elles dénoncent le manque de transparence, ainsi que des irrégularités dans l’octroi de subventions.

 

Du coup on s’écrasait les arpions lors de la traditionnelle conférence de presse du conseiller fédéral Pascal Couchepin. La star du jour. Faisant la pige aux réalisateurs et acteurs qui viennent causer de leurs œuvres. J’espère que le président Solari n’en a pas pris ombrage, lui qui ne porte pas trop les vedettes dans son cœur, à en juger par son récent discours …

 

Mais je m’égare. On s’en doute, le ministre balaye les charges. A l’instar de Jean-Frédéric Jauslin, le directeur de l’OFC. La presse reste coite, tandis qu’on s’agite du côté des producteurs. L’union n’est pourtant pas sacrée. D’un côté il y a ceux qui se désolidarisent de la procédure de leurs collègues, sans pour autant trouver super la politique de Monsieur Cinéma, alias Nicolas Bideau. Qui ne pipe d’ailleurs mot sur le sujet. Tout ce qu’ils veulent en somme, c’est davantage de sous pour mieux bosser.

 

De l’autre, on trouve un plaignant ratiocineur, tel un môme dont on a cassé le jouet. Voyant les choses tourner à la bagarre stérile dans un préau d’école, papa Couchepin décrète qu’on va s’arrêter là et laisser les juristes décider de qui a raison.

 

Le conflit s’est toutefois poursuivi dans un autre point de presse, les mécontents réitérant leurs accusations et espérant l’aboutissement de leurs plaintes. Inutile de dire que pour les journalistes étrangers présents, c’était du chinois. Pire car les Chinois non plus pigeaient que dalle. Je ne vous cacherai pas que je me sentais très proche d’eux.

 

Mais quid du cinéma dans l’affaire ? Celui qu’on est censé voir à l’écran, je veux dire? Eh bien rassurez-vous, ce cher Pascal a tiré un bilan positif de l’année 2008. Il a même annoncé une petite hausse  du budget alloué par Berne et un soutien aux séries télévisées. Pas étonnant. Pour lui, le cinéma suisse est devenu un enjeu de société. Mazette! Figurez-vous qu’à l’occasion d’un enterrement où il s’est rendu, on ne parlait que de ça au bout de cinq minutes. Imaginez le tabac si en plus tous ces gens allaient voir les films !

 

C’est ce qu’on va faire, puisqu’on est en principe désormais débarrassé de ces chamailleries internes oiseuses. On attend par exemple la comédie du Zurichois Christoph Schaub, proposée samedi soir sur la Piazza Grande. Son auteur ayant l’air assez content de lui, cela pourrait contribuer à faire enfin décoller le festival, toujours plus ou moins cloué au sol. Notamment par le drame d’une rare niaiserie, signé Nick Cassavetes, sur une adolescente atteinte d’une leucémie. Le grand John doit se retourner de honte dans sa tombe. Alors qu’il y avait un vrai sujet à traiter, les parents ayant décidé d’avoir un deuxième enfant génétiquement contrôlé, qui deviendrait un donneur parfait. Sauf que celui-ci,  en l’occurrence une petite fille, demande une émancipation médicale pour pouvoir disposer de son corps.   

 

17:56 Publié dans La griffe du léopard | Lien permanent | Commentaires (6) | |  Facebook | | | | Pin it! |

06/08/2009

Le président Solari fustige les barbares et les ignorants

 

Il y a des choses qu’on ne dit pas au président Marco Solari. Evoquez l’absence de paillettes à Locarno et il voit rouge. Un peu à l’image du taureau quand on lui agite une cape sous le nez. L’an dernier, lors du traditionnel cocktail d’ouverture il avait piqué une grosse colère contre la perfidie de la presse alémanique, en particulier la NZZ, qui accusait le festival de manquer de bons films et de stars.

 

Toujours aussi remonté, le boss a persisté dans ce sens, un barbare lui ayant suggéré l’idée saugrenue de ne garder au programme que la Piazza Grande. Pour ce primitif, la suppression de sections inintéressantes permettrait une substantielle économie et surtout la possibilité d’inviter quelques célébrités du septième art.

 

Que n’avait pas raconté là ce mécréant de la pellicule, cet ignorant crasse de la valeur inestimable du trésor patrimonial tessinois, témoignage de liberté depuis sa création en 1946! Qu’importe la présence de stars qui n’ont rien à dire, en regard de la qualité des œuvres présentées, martelait en substance le décoiffant Marco d’une voix de stentor. Nous ne faisons pas du marketing mais de la culture. C’est pour cela que vous venez si nombreux chaque année et que vous êtes là ce soir. Gros applaudissements de la foule qui, juste en passant, écoutait d’une oreille, gardant fermement un œil sur le buffet. Histoire de s’empiffrer de champagne et de petits-fours pour gratter, comme d’habitude, sur la bouffe du soir.

 

Reste que les vedettes de tout poil sont averties. Débarquer à Locarno ne leur coûtera pas seulement bonbon, mais elles seront bien inspirées de se munir de leur certificat d’études pour plaire à Son Eminence solarienne. J’attends quand même sa réaction éventuelle, au cas où un Tom Cruise ou assimilé brûlerait de venir s’exhiber en plein air devant 8000 personnes en délire…

 

En attendant on a été servi, côté intello, avec la projection, sur écran géant, de La guerre des fils de lumière contre les fils des ténèbres. Le dernier-né du réalisateur Amos Gitaï est basé sur la captation filmée de sa propre adaptation théâtrale de La guerre des Juifs, de l’historien antique Flavius Josèphe, proposée à Avignon en juillet dernier. C’était du lourd. Et ça nous a un peu vidé la Piazza, en dépit de la performance de Jeanne Moreau dans le rôle du narrateur auteur. Mais l’opus avait été programmé en deuxième partie, à 23 heures. En lever de rideau, on lui avait préféré (500) Days Of Summer, une comédie américaine de Marc Webb. Un sacré poids plume à côté. D’où mon angoissant et existentiel pourquoi aux pontes du lieu, si mordus de culture?

13:31 Publié dans La griffe du léopard | Lien permanent | Commentaires (5) | |  Facebook | | | | Pin it! |