Google Analytics

Chinois, le Léopard d'Or

Imprimer

 

Bonjour l’ambiance à la traditionnelle conférence de presse pour annoncer les gagnants de 2009! D’où un palmarès balancé à la va vite, avec certains jurés qui faisaient carrément la gueule. Une prestation médiocre et peu glamour, à l’image en somme de la dernière édition du directeur Frédéric Maire, qui cède sa place à Olivier Père.

  

Heureusement en tout cas que je n’avais pas parié mes économies sur les lauréats de ce 62e festival, j’aurais dû rentrer en stop à Genève! Mais je plaisante, jamais je ne m’y serais risquée. A Locarno c’est bien connu, le critique propose et le jury dispose. Résultat, au petit jeu des pronostics, j’ai eu tout faux. Mon manga, plutôt celui de Mamoru Hosoda, est passé complètement à l’as. Itou concernant mes favoris pour l’interprétation, Nina Meurisse et Cyril Descours, le couple de «Complices» du Suisse Frédéric Mermoud.

 

Du coup, le Léopard d’Or a été «logiquement» attribué au très conventionnel et moyen «She, a Chinese» de la réalisatrice Xiaolu Guo. Pas honteux toutefois. J’avais d’ailleurs cité la fuite en avant de cette fille, décidée à quitter le quotidien ennuyeux de son bled. Mais pour une médaille d’argent ou de bronze. Au temps pour moi…

 

Petite consolation, c’est une autre cinéaste, la Danoise Urszula Antoniak, qui décroche avec «Nothing Personal» le Léopard de la première œuvre, sa comédienne Lotte Verbeek étant en outre sacrée meilleure actrice. Le film évoque la solitude, puis le rapprochement, d’une jeune marginale et d’un vieil ermite. Côté masculin, l’interprétation revient à Antonis Kafetzopoulos dans «Akadimia Platonos» du Grec Filippos Tsitos. Cette comédie raconte l’histoire de quatre glandeurs quinquas, aussi désespérés que bourrés de préjugés envers les immigrants albanais et chinois.

 

Quant au Moscovite Alexei Mizgirev, il rafle le Prix Spécial du Jury et celui de la mise en scène pour «Buben. Baraban». L’opus montre la difficulté de gens ordinaires à s’en sortir dans la Russie de la fin des années 90. Si je vous en parle c’est juste histoire de vous informer, car j’ignore si ou quand vous aurez le bonheur de voir ces œuvres. Tandis que mon manga et «Complices», ça va sortir…

 

Mais il y a plus important. La fréquentation de la Piazza Grande, dont je vous ai déjà entretenus. Le nombre des spectateurs a légèrement augmenté, mais la moyenne n’atteint pas 5500, malgré un temps superbe. A mon humble avis, il est urgent d’envisager sérieusement une programmation moins ciné-club et plus populaire. Il faut également cesser de se reposer sur les entrées dans les différentes salles pour s’autocongratuler. Surtout que les chiffres, même en baisse, sont trompeurs sur la prétendue folie cinéphile du public locarnais. Il suffit d’assister à un exode souvent massif à peine la projection commencée pour s’en convaincre.

 

Autrement posé il me reste à espérer, après cette ultime performance «mémaire», que 2010 ne se révèle pas trop «pépère»…

 

 

Lien permanent Catégories : La griffe du léopard 0 commentaire

Les commentaires sont fermés.