Google Analytics

06/08/2009

Le président Solari fustige les barbares et les ignorants

 

Il y a des choses qu’on ne dit pas au président Marco Solari. Evoquez l’absence de paillettes à Locarno et il voit rouge. Un peu à l’image du taureau quand on lui agite une cape sous le nez. L’an dernier, lors du traditionnel cocktail d’ouverture il avait piqué une grosse colère contre la perfidie de la presse alémanique, en particulier la NZZ, qui accusait le festival de manquer de bons films et de stars.

 

Toujours aussi remonté, le boss a persisté dans ce sens, un barbare lui ayant suggéré l’idée saugrenue de ne garder au programme que la Piazza Grande. Pour ce primitif, la suppression de sections inintéressantes permettrait une substantielle économie et surtout la possibilité d’inviter quelques célébrités du septième art.

 

Que n’avait pas raconté là ce mécréant de la pellicule, cet ignorant crasse de la valeur inestimable du trésor patrimonial tessinois, témoignage de liberté depuis sa création en 1946! Qu’importe la présence de stars qui n’ont rien à dire, en regard de la qualité des œuvres présentées, martelait en substance le décoiffant Marco d’une voix de stentor. Nous ne faisons pas du marketing mais de la culture. C’est pour cela que vous venez si nombreux chaque année et que vous êtes là ce soir. Gros applaudissements de la foule qui, juste en passant, écoutait d’une oreille, gardant fermement un œil sur le buffet. Histoire de s’empiffrer de champagne et de petits-fours pour gratter, comme d’habitude, sur la bouffe du soir.

 

Reste que les vedettes de tout poil sont averties. Débarquer à Locarno ne leur coûtera pas seulement bonbon, mais elles seront bien inspirées de se munir de leur certificat d’études pour plaire à Son Eminence solarienne. J’attends quand même sa réaction éventuelle, au cas où un Tom Cruise ou assimilé brûlerait de venir s’exhiber en plein air devant 8000 personnes en délire…

 

En attendant on a été servi, côté intello, avec la projection, sur écran géant, de La guerre des fils de lumière contre les fils des ténèbres. Le dernier-né du réalisateur Amos Gitaï est basé sur la captation filmée de sa propre adaptation théâtrale de La guerre des Juifs, de l’historien antique Flavius Josèphe, proposée à Avignon en juillet dernier. C’était du lourd. Et ça nous a un peu vidé la Piazza, en dépit de la performance de Jeanne Moreau dans le rôle du narrateur auteur. Mais l’opus avait été programmé en deuxième partie, à 23 heures. En lever de rideau, on lui avait préféré (500) Days Of Summer, une comédie américaine de Marc Webb. Un sacré poids plume à côté. D’où mon angoissant et existentiel pourquoi aux pontes du lieu, si mordus de culture?

13:31 Publié dans La griffe du léopard | Lien permanent | Commentaires (5) | |  Facebook | | | | Pin it! |

Commentaires

Voilà qu'Edmée ne se trouve point trop à l'aise dans le milieu de la culture : " polenta e uccelli" du sieur Marco Solari.

Écrit par : Hypolithe | 06/08/2009

Edmée ne se trouve pas trop bien dans le milieu de la culture tout court.

Spécialiste de la critique vestimentaire de l'habillement des sportifs, elle devrait limiter ses ambitions culturelles au mot fléché ou au Sudoku.

Là, elle s'en prend à Solari, qui est dénué, comme elle, de toute culture du cinéma.

Un peu comme si Mc Donald critiquait Burger King en le comparant à Rochat... Une histoire de paille et de poutre...

Écrit par : J. Nizard | 06/08/2009

Merci pour votre article très intéressant !

Écrit par : Cours particuliers | 16/12/2009

merci pour ce très bon article

Écrit par : rachat de crédits | 22/01/2010

merci pour cet article tres interessant

Écrit par : sonnerie portable gratuite | 23/03/2010

Les commentaires sont fermés.