Google Analytics

Wawrinka pourrait aider Sa Grâce à devenir une vraie légende

Imprimer

 

Certes le phénix s’est débarrassé relativement facilement de Kohlschreiber. Mais il reste sous la menace de la Belette aux dents de plus en plus pointues, au cas où les deux se  rencontreraient en finale.

Alors, aussi curieux que cela paraisse, le Bâlois va de nouveau devoir, comme à Pékin où le Vaudois a plus que largement contribué à leur victoire en double, compter sur  Wawrinka pour lui sauver la mise. En battant donc l’Ecossais lundi, ce qui permettrait à Rodgeur d’espérer reconquérir son trône et devenir du coup une vraie légende avec quinze Grands Chelems dans sa poche. Ou, au pire en cas de défaite, de conserver au moins son deuxième rang.  

Mais je vous avoue que je cultive quelques doutes. Ne serait que pour avoir entendu les commentateurs dithyrambiques nous placer carrément ce brave Stan à la droite de Sa Grâce, suite à sa « fabuleuse » prestation  contre Vassalo. Je ne nie certes pas que Wawrinka se soit montré à son avantage. Mais contre un joueur aussi nul que l’Argentin, le contraire eût été surprenant.  

Enfin, il est trop tôt pour me ronger les ongles. D’autant que les sujets d’énervement ne manquent pas A commencer par les caquetages de Pierre-Alain Dupuis, qui cette fois  atteint des sommets. N’a-t-il pas déclaré en voyant Federer s’illustrer en ouvrant les feux lundi dernier : « C’est toujours bien de gagner le premier match dans un tournoi » Avouez que ça craint pour un spécialiste…

Il a persisté énergiquement dans le genre lors du match entre Sharapova et Dulko. Un choix dont il a par ailleurs félicité à trois reprises la TSR, qui aurait pu commettre la bêtise de nous proposer la rencontre entre Djokovic et l’Allemand Greul. Un tel attachement à sa chaîne, moi, ça m’éclate!. 

Pour en revenir à notre duel féminin, La Perruche n’a évidemment pas cessé de changer d’avis à chaque point gagnant de l’une ou de l’autre. Lors du retour au galop de la belle Russe qu’il venait d’enterrer, il nous a balancé cette phrase unique qui nous en bouchait un coin sur l’étonnante science de Maria dans le domaine de la raquette: «Sharapova sait qu’un match n’est jamais terminé…Assorti d’un définitif : « gageons qu’elle a envie de défendre ses chances le plus longtemps possible… » A propos de l’Argentine qui a donc gagné la partie, c’était encore plus folklorique : «Dulko ne fait plus guère illusion».  

Non content d’aligner ces sottises, Dupuis nous livrait aussi ses impressions lors des changements de côté. «Qu’est-ce qui constitue dans le fond la différence entre deux joueuses talentueuses? demandait-il. Pour nous livrer la réponse d’un ton pénétré. «A l’issue d’un petit débat entre confrères, nous sommes tous tombés d’accord pour trouver trois raisons essentielles: le mental pour gérer les moments chauds, la capacité à se montrer solide et la faculté à varier les coups et la tactique». J’espère que vous avez capté la quintessence de cette analyse d’un inédit bouleversifiant!

Le plus extraordinaire, c’est qu’il n’hésite jamais à remettre la compresse. Notamment lors de l’affrontement du lendemain entre Kirilenko et Wozniacki. La première perdant 6-0 et 3-0, notre expert de choc a eu cette nouvelle phrase impérissable : « Si Kirilenko veut mettre un peu de doute chez son adversaire, il faut absolument qu’elle marque son jeu de service… »

Pitié, remettez-moi cet oiseau en cage. Sinon je n’aurai plus qu’à regarder le Tour de France. Et pourtant je déteste le cyclisme!

Lien permanent Catégories : Les pieds dans le plat 6 commentaires

Commentaires

  • La preuve : la finale de Roland Garros a été regardée par la plupart des gens sur France 2 où les commentaires sont un peu plus pertinents.
    La platitude des propos de Dupuis atteignent de tels sommets qu'on souhaiterait n'entendre que le bruit des balles.
    Vraiment dommage.

  • Et voici qui enrichira la collection d'Edmée des bons mots de Dupuis, mots prononcés lundi lors de la fin du 4ème set entre Wavrinka et Murray:
    Alors que Stan va servir "le jeu de service le plus difficile, c'est celui qu'on fait au moment de servir", puis, alors que Murray a renvoyé un excellent service de Stan "il a remis un ace..."

  • Je suis toujours surprise de constater le nombre de commentaires désagréables adressés à "Edmée".

    Si son style ou ses propos vous gênent, pourquoi continuez-vous à la lire? Ayez au moins l'honnêteté d'avouer que cela vous plaît... Si vraiment vous ne pouvez pas la supporter, je vous plains, dans la mesure où apparemment, vous n'avez rien d'autre ou de mieux à faire de vos journées! Navrant, vraiment navrant...

    Quant à moi, continuez chère Edmée, j'apprécie toujours vos commentaires... un chouia subjectifs!

    PAD est unique, je cite (match de Stan contre Murray): il faut absolument qu'il gagne ce jeu, sinon il risque de perdre le set (alors que Stan servait justement pour revenir à 5-5!)... Egalement: ici on a de l'avance, il est déjà 20h05...

  • Très joli billet, merci (je découvre ce blog).

    Je collectionne les caquetages de Pierre-Alain Dupuis, et je recherche des extraits audio et vidéo de ses commentaires les plus mythiques. Si vous en avez, écrivez-moi à pad_fanclub@yahoo.com

    bonne continuation

  • Chère Edmée,
    Vos propos concernant Pierre-Alain Dupuis sont plus que pertinents.
    Dommage que vous ne vous intéressiez pas au cyclisme car dans ce sport vous pourriez en faire des gorges chaudes sur les commentaires d'un certain Daniel Atienza, tour de Romandie et tour de Suisse; il parle, mais alors il parle vraiment trop, si bien qu'un être normalement constitué baisse automatique le son de sa télé ou se rabat sur une autre chaîne suisse pour autant qu’il ait les connaissances linguistiques requises.

  • Une nouvelle perle de notre ami PAD s'est produite lors du match de coupe Davis face à l'Australie. Le premier jeu de la partie entre Federer et Tomic, assez accroché, a fait dire à notre spécialiste "C'est le plus long jeu du match" !....

Les commentaires sont fermés.