Google Analytics

27/02/2009

Servette, un diamant façon strass. Et encore!

Là, j’avoue que j’en suis comme deux ronds de flan. J’ai beau chercher, je n’avais jamais lu une chose pareille. Même aux heures les plus glorieuses du club. Au point que j’ai dû m’y reprendre à deux fois pour être certaine d’avoir effectivement vu ce titre carrément hallucinant.
«Servette est un diamant à tailler», a donc déclaré le plus sérieusement du monde le président Pishyar. Ajoutant qu’il s’attellerait à ciseler en personne cette fabuleuse gemme, car il tient à l’exhiber en Super League.
Mazette! A se demander si le ponte s’y connaît en pierres et ne confond pas son précieux solitaire avec un vulgaire brillant. Ce qui entre nous serait déjà Byzance. Ses footeux n’auraient en effet que la valeur d’un strass – et on est loin du compte – on hisserait le drapeau illico presto!
Remarquez, les patrons grenat ont une nette tendance à baigner dans l’euphorie ces jours. McSornette aussi prend ses désirs pour des réalités. Je vais secouer les puces à mes joueurs pour leur donner de l’énergie, clamait-il jeudi soir au TJ avant le match contre Kloten. Et quoique ses Aigles aient encore des poux dans les plumes, le boss des Vernets croit fermement qu’il peut s’offrir les Aviateurs en trois coups de cuillère à pot.
A l’évidence, Big Mac n’a rien du pronostiqueur de choc. Il suffit, pour s’en convaincre, de constater que Berne se royaume en tête du classement alors qu’il ne l’imaginait pas dans le top quatre…
«W» me fait un peu penser à Borg. Après avoir fielleusement mégoté sur le talent de Federer, le Suédois nous assurait début décembre que Sa Grâce allait redevenir numéro un les doigts dans le nez cette année. Et n’hésitait pas à placer
Richard Gasquet parmi les favoris à la victoire au dernier Open d’Australie.
Enfin, heureusement qu’il y a Andreas Küttel et Fabienne Suter pour relever le niveau. Même si le premier a chanceusement raflé son titre en une seule manche et la seconde gagné une descente bidon, de l’avis des bolides en colère. Faudrait d’ailleurs savoir. D’après Marc Brugger éberlué, lui, par l’exploit fumant de la Suissesse, il n’y avait… que de la pente sur cette piste de Bansko.
Le brave garçon faisait ainsi la pige à Jaton. L’autre week-end, Fabrice s’extasiait en se demandant comment diable Cuche parvenait à rester debout dans cet impitoyable géant de Sestrières «ne laissant absolument aucun répit aux skieurs». Un scandale. Dans une course de 90 secondes, ils auraient bien besoin qu’on leur ménage des aires de repos entre les piquets!

20:26 Publié dans Les pieds dans le plat | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook | | | | Pin it! |

20/02/2009

Federer et la Coupe Davis? Rien à cirer!

Ce n’est pas demain la veille que le phénix va renaître de ses cendres avec sa stratégie à la gomme!
Je l’avoue, je me perdais en conjectures à propos de cette nouvelle blessure au dos. Mais je me forçais à imaginer que dans le fond cela pouvait expliquer son effondrement au service contre Nadal à Melbourne. Même après avoir usé de cette arme fatale pour réduire en bouillie Del Potro et Roddik. D’où ma compréhension de son absence à Dubaï, dans la mesure où il n’avait de surcroît pas grand-chose à perdre suite à son misérable parcours de l’an dernier.
J’allais jusqu’à éventuellement lui pardonner son pitoyable forfait en Coupe Davis. Plus maintenant, car le vilain a menti. Que des craques cette histoire d’échine en délicatesse. Son préparateur physique l’a dit sans ambages dans Blick, Rodgeur n’est pas blessé.
Unique conclusion à tirer — outre qu’il doit tourner une pub pour Kleenex, persiflait un perfide — c’est que ce brave Federer n’en a strictement rien à cirer de mouiller son maillot pour son pays, contrairement
à ses affirmations hypocrites sur son site.
Patriote à la noix en somme, comme j’avais déjà eu l’occasion de le prétendre. Cela dit, ce n’est pas bon du tout pour son image, ce comportement égoïste. Du coup, il souffre encore davantage de la comparaison avec Nadal. En effet, si le pitbull de Manacor a également renoncé à Dubaï c’est pour mieux se préparer à défendre vaillamment les couleurs de l’Espagne, lui.
A part ça, je ne sais pas si vous avez noté la façon ridicule dont les Français se rengorgent en évoquant l’Open 13 de Marseille, qui réunit selon eux la crème du gratin du gotha de la raquette depuis sa création il y a seize ans.
Sauf qu’en y regardant de plus près, je me suis aperçue qu’il n’y a que deux joueurs du top 10 et que quinze se classent largement au-delà de la 50e place. Sans causer de ceux qui végètent aux alentours de la 100e, de la 200e, de la 300e et de la 400e!
Bref, vous visionnez la quintessence de la chose. Il y a plus saugrenu, remarquez. Non contents de s’enorgueillir de la qualité bidon du tournoi, nos chers voisins se gargarisent follement à l’idée qu’il y aura au moins un des leurs en finale.
Le comble eût été que ce ne fut pas le cas. Les Tricolores n’étaient pas loin de se trouver seuls en lice et deux d’entre eux ont eu la rude tâche d’affronter le redoutable… Georges Bastl

19:03 Publié dans Les pieds dans le plat | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook | | | | Pin it! |

13/02/2009

Ottmar Hitzfeld se "köbikuhnise" déjà!

C’est loin d’être dans la poche, cette affaire. N’en déplaise à l’ingénu Pont, les Suisses ont bien d’autres lacunes à combler que de «petites imperfections à gommer», s’ils veulent avoir l’ombre du début d’une vague chance d’aller se royaumer en Afrique du Sud.
Remarquez, ce n’est pas étonnant de la part de ce brave Michel. Il a toujours l’espoir chevillé au corps, mais rarement les yeux en face des trous en ce qui concerne ses ouailles.
En revanche je suis extrêmement surprise par la réaction mollassonne d’Hitzfeld. Etant donné que les spécialistes du crampon ne cessent de porter l’impitoyable aux nues, j’imaginais le dragon cracher le feu, sinon menacer de repartir illico pour son Allemagne natale après cette misérable performance à La Praille.
Que nenni. Ottmar s’est déjà «köbikuhnisé». La preuve. «J’entends redynamiser le groupe, car la Suisse doit faire mieux contre la Moldavie»,
a-t-il déclaré en substance.
Vous parlez d’une analyse-choc et d’un changement radical de langage par rapport à avant!
Heureusement qu’il y a la latte pour nous titiller un peu la fibre nationaliste. Au moins six médailles, attention l’exploit! D’autant que nos champions pourraient quitter Val d’Isère en tête du classement des nations.
Mais pour ne rien vous
cacher, je trouve simplement dommage que les Helvètes choisissent de s’illustrer autant dans un sport, au moment où il n’intéresse quasiment plus personne. Car certains ont beau évoquer un événement «planétaire», se déroulant de surcroît dans l’Hexagone, il fait en tout
à peine une minute au 20 Heures de TF1...
Par ailleurs la TSR s’y connaît pour décourager les derniers fans du cru avec ses retransmissions à la noix, où la seule chose qui passionne Fabrice Jaton est de se demander, malgré l’absence de risque, si oui ou non William Besse se rasera enfin la moustache.
Et pourtant c’est un sacré fortiche comparé aux gugusses d’Etoiles des neiges, l’émission quotidienne qui a atteint des sommets lors d’un pathétique pastiche des B ronzés font du ski. Sauf que nos rigolos de l’antenne ne se rendent pas compte qu’ils n’ont nullement besoin de parodie pour camper des Jean-Claude Dusse plus vrais que nature depuis le début des Mondiaux!
P.-S. Ingratitude crasse, jean-foutre attitude? Toujours est-il que McSornette est prêt à
larguer ses Aigles au profit des pigeons lausannois. J’espère juste qu’il va le payer très cher, «W», de lâcher aussi négligemment la proie pour l’ombre!

20:28 Publié dans Les pieds dans le plat | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook | | | | Pin it! |

06/02/2009

Larme à l'oeil, le nouvel atout de Federer!

C’était couru. Ils sont déjà tous ou presque à radoter que les carottes sont archicuites, voire carrément carbonisées pour le phénix. A commencer naturellement par Mats
Wilander. Se rengorgeant façon Madame Soleil, le Suédois se complaît à exalter follement le talent de l’Ibère et à chipoter misérablement sur celui de l’Helvète.
Au-delà des mesquineries du Viking, je dois hélas avouer que Sa Grâce m’a beaucoup déçue. Par cette finale pathétiquement ratée et pourtant à sa portée bien sûr, mais surtout par ses larmes qui ont fait le tour de
la planète. Chipant du coup la vedette à Nadal et lui volant sa première victoire sur dur dans la foulée. Plaçant le pauvre Rafa dans le rôle du cadet affreusement gêné aux entournures, craignant de trop exulter, hésitant à brandir trop haut sa coupe. Obligé d’assurer au grand frère qu’il restait le meilleur pour le consoler et l’empêcher de se remettre à lui pleurer dans le gilet. Franchement un tel cirque, ça la fichait mal pour celui qui prétend devenir le maître incontesté de l’histoire du tamis.
Vous me rétorquerez que Melbourne c’est loin et que depuis mercredi dernier on a un champion d’une autre trempe à célébrer. Un as à côté duquel – si j’en juge par ce que j’ai lu ou entendu en général et de la part des inénarrables de la TSR en particulier – quiconque a accompli un exploit quelconque dans quel domaine que ce soit depuis l’aube de l’humanité est un mickey.
Mais non, rassurez-vous. Loin de moi la pensée saugrenue de mégoter sur le succès
de Cuche en super-G, vous me connaissez. Je trouve juste limite désobligeant à son égard de s’extasier pareillement à l’idée extravagante qu’il ait enfin réussi à rafler de l’or après quinze ans de compétition!
Ou de marteler à l’envi qu’il l’a drôlement méritée, cette médaille, sous prétexte qu’il a quasiment bossé jour et nuit pour l’obtenir. A croire qu’il est insensé pour le Neuchâtelois d’aller au turbin comme tout le monde. Ou que ses potes se la sont coulée douce en dehors des Mondiaux.
Peu importe dans le fond. Car à mon avis, la véritable héroïne de Val d’Isère jusqu’ici, c’est baby Gut. Malgré la conquête d’une breloque un peu moins prestigieuse.
Remarquez, je n’ai aucune illusion. Avec le mépris lancinant des phallocrates de service envers le sport féminin, il est évident que même une victoire de la fusée de Comano n’égalera jamais celle de la flèche des Bugnenets.

20:20 Publié dans Les pieds dans le plat | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook | | | | Pin it! |