Google Analytics

06/02/2009

Larme à l'oeil, le nouvel atout de Federer!

C’était couru. Ils sont déjà tous ou presque à radoter que les carottes sont archicuites, voire carrément carbonisées pour le phénix. A commencer naturellement par Mats
Wilander. Se rengorgeant façon Madame Soleil, le Suédois se complaît à exalter follement le talent de l’Ibère et à chipoter misérablement sur celui de l’Helvète.
Au-delà des mesquineries du Viking, je dois hélas avouer que Sa Grâce m’a beaucoup déçue. Par cette finale pathétiquement ratée et pourtant à sa portée bien sûr, mais surtout par ses larmes qui ont fait le tour de
la planète. Chipant du coup la vedette à Nadal et lui volant sa première victoire sur dur dans la foulée. Plaçant le pauvre Rafa dans le rôle du cadet affreusement gêné aux entournures, craignant de trop exulter, hésitant à brandir trop haut sa coupe. Obligé d’assurer au grand frère qu’il restait le meilleur pour le consoler et l’empêcher de se remettre à lui pleurer dans le gilet. Franchement un tel cirque, ça la fichait mal pour celui qui prétend devenir le maître incontesté de l’histoire du tamis.
Vous me rétorquerez que Melbourne c’est loin et que depuis mercredi dernier on a un champion d’une autre trempe à célébrer. Un as à côté duquel – si j’en juge par ce que j’ai lu ou entendu en général et de la part des inénarrables de la TSR en particulier – quiconque a accompli un exploit quelconque dans quel domaine que ce soit depuis l’aube de l’humanité est un mickey.
Mais non, rassurez-vous. Loin de moi la pensée saugrenue de mégoter sur le succès
de Cuche en super-G, vous me connaissez. Je trouve juste limite désobligeant à son égard de s’extasier pareillement à l’idée extravagante qu’il ait enfin réussi à rafler de l’or après quinze ans de compétition!
Ou de marteler à l’envi qu’il l’a drôlement méritée, cette médaille, sous prétexte qu’il a quasiment bossé jour et nuit pour l’obtenir. A croire qu’il est insensé pour le Neuchâtelois d’aller au turbin comme tout le monde. Ou que ses potes se la sont coulée douce en dehors des Mondiaux.
Peu importe dans le fond. Car à mon avis, la véritable héroïne de Val d’Isère jusqu’ici, c’est baby Gut. Malgré la conquête d’une breloque un peu moins prestigieuse.
Remarquez, je n’ai aucune illusion. Avec le mépris lancinant des phallocrates de service envers le sport féminin, il est évident que même une victoire de la fusée de Comano n’égalera jamais celle de la flèche des Bugnenets.

20:20 Publié dans Les pieds dans le plat | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook | | | | Pin it! |

Commentaires

Vraiment n'importe quoi. C'est dommage, on était relativement d'accord avec le début, Federer comme Cuche. Mais ne pas voir qu'on est parti pour 10 ans de Laragutmania, c'est être aveugle.

Écrit par : Géo | 06/02/2009

Les commentaires sont fermés.