Google Analytics

23/01/2009

Et Droz voyait Wawrinka défier Federer!

Vivement lundi, qu’on ait d’autres bobines à se mettre sous la rétine. C’est vrai, ça. Elle pousse la première chaîne d’Eurosport. Parce que si vous n’avez pas les moyens de vous payer la 2, bonjour la misère des retransmissions de l’Open d’Australie. En dépit du tintouin pour nous convaincre du contraire.
C’est pire qu’à Roland Garros, où on vous exile des joueurs sur des courts étriqués ou sans télévision à Perpète-les-Oies, sous prétexte que les malheureux n’ont pas le sang bleu.
Donc on n’a eu droit qu’à des matches de filles toutes les nuits de la semaine. Et de surcroît uniquement ceux où il y avait… des Françaises. Avec resucées en boucle la journée. Sauf quand on vous passait, entre dix-huit et vingt heures, des résumés de rencontres masculines où évoluaient de préférence… des Français.
Mais le comble, c’est d’arrêter le direct en deuxième partie de soirée. Et de nous priver, par exemple, de l’entreprise de démolition de la belette écossaise, histoire de nous montrer une ixième fois les efforts titanesques d’Amélie Mauresmo pour dompter une redoutable qualifiée britannique!
Sans parler des barrissements d’admiration des experts hexagonaux face aux extraordinaires prouesses de leur armada à Melbourne, sous la houlette des «Fantastic Four». A la place de Gasquet ou Monfils d’ailleurs, je serais vexée d’une telle extase à chaque coup gagnant. Etant donné le talent que les spécialistes tricolores du tamis prêtent à leurs idoles, la moindre des choses serait d’estimer juste normal d’en retrouver la plupart en deuxième semaine!
Cela dit, ils ne valent quand même pas Droz. Dès son premier jeu, ce brave garçon voyait Schnyder passer le troisième tour les doigts dans le nez. En allant jusqu’à rêver mieux.
Inutile de préciser que la pathétique Patty s’est effondrée dans le deuxième. Guère surprenant après son mal de chien à se débarrasser de la… 999e du classement. On a les exploits qu’on peut, remarquez.
Et je ne vous raconte pas la façon pascalienne de nous bassiner à propos du fabuleux événement qu’auraient constitué les retrouvailles entre Wawrinka et Federer dimanche! Nous assurant notamment un Helvète en quarts.
Non seulement notre comique supposait sottement que le Vaudois, en l’occurrence plus mou qu’une limace apathique, parviendrait à franchir l’écueil Berdych. Mais surtout je ne saisis pas l’intérêt de voir nos deux seuls Suisses en course se tirer bêtement la bourre. A moins que ce soit en finale. Pas demain la veille!
Edmée

19:09 Publié dans Les pieds dans le plat | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook | | | | Pin it! |

Commentaires

Toujours un régal, les papiers d'Edmée Cuttat... Merci de tant nous faire rire!

Écrit par : Sagnard | 26/01/2009

Les commentaires sont fermés.