Google Analytics

21/09/2008

De la bibine. Même sans pression!

Evidemment, on se congratule éperdument. Non seulement la Suisse remonte dans le groupe mondial en Coupe Davis mais, cerise sur le gâteau, il ne lui a fallu que trois matches pour y parvenir.

Sauf que c'est tout sauf un exploit.  Car si les deux simples ont déjà singulièrement manqué de bulles, particulièrement le premier arraché au forceps par Wawrinka, ce fut quasiment la même bibine dans le double. Avec encore moins de pression si possible.

Je résume. D'abord le Vaudois a eu affaire à un Steve Darcis en mal à la fois de compétition, de centimètres et de revers. Sérieux désavantages relevés par un Marc Rosset "pas si bête que ça", comme il l'a personellement affirmé en jouant les capitaine à l'antenne. Entre nous d'ailleurs, je le verrais bien remplacer Severin Lüthi, qui demeure aussi charismatique qu'une huître.

Ensuite, pour faciliter davantage leur victoire, Rodgeur et son pote sont tombés sur Olivier Rochus, également handicapé par sa taille, souffrant de surcroît d'une blessure à l'lépaule fatale à son service. Pourtant, il a tenu la dragée haute à "Fedrinka, d'où j'en conclus qu'il n'était pas toujours le plus petit sur le court.

Je trouve donc carrément indécent de se congratuler de la sorte côté helvétique. Et du coup, je ne vous raconte pas la distance galactique séparant nos médaillés d'or chinois des vrais pékins pouvant raisonnablement prétendre au Saladier d'argent.

A part ça, ils se sont montrés peu princiers sur un autre plan, nos seigneurs des anneaux. Après avoir été couvert d'éloges, j'espère que le public s'est finalement rendu compte de la démagogie crasse de ses idoles. Qui l'ont peut-être jugé merveilleux, mais pas franchement digne de respect. 

La preuve, les deux cadors ont "laissé" (stupéfiante magnanimité!) les seconds couteaux s'exhiber pour beurre dimanche. Alors d'accord, ça passe en ce qui concerne Stéphane Bohli. Mais Yves Allegro, qui n'a eu d'autre ressource que de singer laborieusement Noah pour masquer sa consternante incompétence, au secours!

Ses pitreries ont toutefois follement amusé La Perruche, qui avait auparavant estimé assez saumâtre de devoir mettre son immense talent au service de piètres combattants. Pas étonnant, remarquez. Qui se ressemble, s'assemble...

Edmée 

20:32 Publié dans Les pieds dans le plat | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | | Pin it! |

Les commentaires sont fermés.