Google Analytics

17/08/2008

Faute de grive...

A l'issue de la demi-finale remportée par la paire Federer-Wawrinka dans l'enfer de Pékin, Pascal Droz, n'en pouvant plus d'un tel exploit, remarquait avec humeur que les méchants journalistes vilipendeurs de Rodgeur après son quart pitoyable face à Blake, allaient sans doute s'en mordre les doigts. A croire que cette rencontre "exceptionnelle" contre les jumeaux Bryan effaçait d'un coup les errements coupables du Suisse sur les courts depuis des mois.

Quelle blague! Certes, je suis contente que l'ex-numéro un mondial ait enfin réussi à rafler de l'or olympique en gagnant le tounoi avec son pote. Mais c'est vraiment le cas de dire que faute de grive on mange du merle. D'autant que c'est surtout grâce au tennis dévastateur du Vaudois, je sais une fois n'est pas coutume mais quand même, que le Bâlois a pu vaincre le sommet. Une montagne à vaches entre nous. A part aux JO et en Coupe Davis où on ne peut pas faire sans, je ne me souviens pas que le double ait été sérieusement pris en considération ailleurs. La preuve, la télé ne retransmet pratiquement jamais les matches. 

Aussi attendrais-je l'US Open pour cultiver l'espoir de voir mon tennisman favori revenir aux affaires. Un espoir extrêmement mince, je ne vous le cache pas. Car en constatant la facilité déconcertante avec laquelle Nadal le cannibale a joué les Midas en simple en terrassant le malheureux Gonzalez,  notre roi déchu n'est pas franchement près de remonter sur son trône...

 

16:03 Publié dans Les pieds dans le plat | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook | | | | Pin it! |

Commentaires

"les errements coupables du Suisse sur les courts"...

Marrant...
L'ingratitude du public et des journalistes me laisse toujours une idée assez sombre de l'humanité.
Jusqu'à peu, je me souciais du sport en général et des exploits de Federer en particulier comme d'une guigne.
Lire des trucs pareils, ça me rend soudain "Rodger" tout à fait sympathique.

Écrit par : Blondesen | 17/08/2008

Les commentaires sont fermés.