Google Analytics

15/08/2008

La Piazza sous le charme de Rambo...

 

Je suis très contente pour le réalisateur britannique Garth Jennings, un amour d’homme qui a gardé une âme d’enfant. Après avoir été snobé par les fans de Nanni Moretti mercredi à la conférence de presse, il a pris une jolie revanche. Sa comédie Son of Rambow  a fait un véritable tabac sur une Piazza Grande plus pleine qu’un œuf. Au point que Garth Jennings et son ami producteur Nick Goldsmith, chose inédite à ma connaissance, ont dû remonter sur scène à la fin de la projection pour recevoir l’hommage d’un public sous le charme. A l’image d’ailleurs de Sylvester Stallone. Trouvant lui aussi irrésistibles, dans le film, les tentatives de remake ado et potache de son premier Rambo, il s’est fendu d’un message personnel enthousiaste à son auteur.

Tant mieux, car c’est au contraire la soupe à la grimace en compétition. Un euphémisme dans certains cas. Par exemple, il fallait  vraiment avoir l’amour chevillé au corps pour continuer à idolâtrer le cinéma italien après avoir visionné son seul et indigeste représentant en lice pour le Léopard d’Or. Certes on prétend toujours que le concours est le parent pauvre du festival. Mais là, ça frôlait le nécessiteux. Et dans la mesure où tout s’achève dans deux jours, le menu ne dvrait pas beaucoup s’enrichir d’ici là.

Il est vrai que j’ai peut-être raté le meilleur. En effet, chinois pour chinois, j’ai bêtement décidé de sauter Le festin de brutes de Pan Jianlin  pour admirer Roger Federer dans ses œuvres à Pékin. Hélas, à le voir suer comme un bœuf dès le début de la partie, j’ai immédiatement compris que les carottes étaient cuites. Il n’empêche, son minable quart de finale contre James Blake me pèse nettement plus lourd sur l’estomac que la plus calamiteuse des sélections locarnaises. C’est dire!

12:46 Publié dans La griffe du léopard | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | | Pin it! |

Les commentaires sont fermés.