Google Analytics

08/08/2008

Tant que le cinéma suisse bouge encore...

 

Il n’y a pas que les Jeux Olympiques dans le monde. Il y a aussi l’état de la pellicule helvétique qui  a fait, comme chaque année, l’objet d’une conférence de presse très suivie à Locarno. Et à ce propos tout baigne, à en croire Jean-Frédéric Jauslin, directeur de l’ Office de la Culture, dont on pourrait résumer ainsi la satisfaction : tant que le cinéma suisse n’est pas mort, il se porte bien… Raison de ce diagnostic fort positif: la présence de plus de huit cent mille personnes dans les salles l’an dernier.

Sauf qu’à y regarder de plus près, seul le documentaire tire relativement son épingle du jeu et que les chiffres du premier semestre de 2008 sont plutôt catastrophiques. Ce qui m’inciterait à penser que notre Monsieur Culture a une idée très personnelle de la bonne santé des choses. Invité à s’exprimer sur la question, il n’en démord pas. Tout en se défendant certes de nager dans l’optimisme béat, il estime non seulement que le trend est bon mais le potentiel énorme. Soutenu par Nicolas Bideau, chef de la section Cinéma, sentant  lui que «le film suisse existe».

Rassurant, non ? Ca me fait songer à ce malheureux  Köbi Kuhn, vantant follement avant juin dernier les possibilités fabuleuses de nos footeux. C’est dire si les réalisateurs ont du souci à se faire au cas où leurs œuvres suivraient la même pente savonneuse que l’équipe nationale… Et si je vous cause de crampon, c’est que Bideau, surfant sur la vague de l’Euro, a eu la faussse bonne idée d’une brochure intitulée «Le cinéma suisse- film&faces », à travers laquelle l’OFC veut donner un visage à la grande famille du septième art. Et qui, surtout, fonctionne à la manière des panini. Je vous passe les détails, mais quand l’album est au complet ­–les fans du genre comprendront-  on peut gagner des prix « magnifiques».  Par exemple des entrées  à « La nuit fauve du Cinéma suisse ». C’est Byzance.

Reste à savoir si les festivaliers seront saisis par le démon du jeu. En tout cas, il y en a un qui a catégoriquement refusé de figurer dans la plaquette. C’est le cinéaste vaudois Lionel Baier. Non qu’il rechigne à se voir assimilé au Ronaldo de l’histoire « si seulement j’avais son physique», mais parce qu’il déteste la colle!

Au fait, vous vous demandez peut-être combien a coûté cette affaire. 45.000 francs, dont la moitié payée par La Poste, m’assure son initiateur. Une paille. Quoique. J’ai en effet appris incidemment par la suite que c’était notamment sans les frais d’impression Ce qui mettrait la facture à quelque 300.000 francs…  

17:24 Publié dans La griffe du léopard | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | | Pin it! |

Les commentaires sont fermés.