Google Analytics

Gazon maudit!

Imprimer

J’ai écrit le contraire hier parce que j’étais en colère. Aujourd’hui, sans mes Bleus, je suis inconsolable. Dément, ce mauvais sort qui s’est acharné sur eux. Rappelez-vous la chaleur excessive du premier match, les vestiaires trop petits du second, la crainte de la triche au troisième. Logique qu’ils nous aient rejoué gazon maudit. Comme en 2002!
Et la dignité de ces médias que je n’aurais jamais imaginés français si je ne l’avais pas su. Se contentant d’avaler des couleuvres, évoquant sobrement la blessure de Ribéry et l’expulsion d’Abidal. Ignorant quasiment les ressources profondes des Tricolores. Aussi profondes qu’invisibles à l’œil nu, je l’admets. Sauf celui, très exercé, de Domenech... Mais ce n’est pas une raison de se montrer cruel envers le coach, tellement helvétique que je l’engagerais volontiers à la place d’Hitzfeld. Histoire de ne pas dépayser les Suisses.
En plus, il n’est pas vraiment responsable de la cacade. A l’image du président Ford, incapable de descendre les escaliers et de mâcher du chewing-gum en même temps, le brave Raymond ne pouvait simplement pas gérer à la fois son équipe et son mariage…

Lien permanent Catégories : Vipère au pied 0 commentaire

Les commentaires sont fermés.