Google Analytics

12/12/2007

Les atouts des Suisses: déments!

Cela date un chouia, mais je ne peux m’empêcher de vous offrir un petit flash-back sur le tirage au sort de l’Euro 2008.

D’abord, comme d’habitude, les commentateurs d’Eurosport se sont illustrés en étalant leur muflerie, leur inculture et leur condescendance crasses lors de la retransmission de la chose. Se gaussant vulgairement de ce qui se passait à Lucerne et s’impatientant grossièrement de la lenteur du déroulement de l’événement. Sauf évidemment quand Platini a été invité à participer avec les autres champions au passage de la Coupe, et lorsque Deschamps a ouvert sa boule.

Heureusement le résultat des courses a fini, à ma grande satisfaction, par rabattre douloureusement le caquet de ces cuistres, tandis que la bouille catastrophée de l’arrogant Domenech en découvrant l’ampleur du désastre achevait de me combler d’aise. Jouissif le coup de l’Italie alors que le suffisant Raymond, prétextant les avoir assez croisés, déclarait exaspéré quelques jours auparavant vouloir surtout éviter d’affronter les Suisses!

A part ça, on aurait tort de trop se réjouir de l’infortune tricolore. Nos chers voisins appartiennent certes au groupe de la mort. Pourtant je crains fort que les Helvètes ne se retrouvent dans une situation tout aussi létale, quoi qu’en disent les intéressés et les spécialistes du ballon rond.

Je ne ferai pas l’injure aux fans de foot de leur rappeler les résultats piteux, voire calamiteux des nôtres à l’occasion de leurs prestations amicales. Ce qui m’inquiète davantage, ce sont ces quelques phrases lues lundi dernier. Les Rouges ont en effet des atouts «inédits» pour faire plier la République tchèque, le Portugal et la Turquie. Outre rester dans leur hôtel le matin au lendemain d’une rencontre, ils vont travailler, je vous le donne en mille, avec un nutritionniste et un préparateur physique! Une nouvelle approche des matches d’une telle extravagance, avouez que ça vous en bouche un coin.

Bref, l’an prochain ne me paraissant pas s’annoncer sous les meilleurs auspices côté crampon, c’est juste le contraire question tamis. Je vous avais averti que les coutures n’allaient pas tarder à craquer de partout chez le pauvre Nadal. Eh bien c’est pire que je l’imaginais, dans la mesure où il a également les petons en capilotade.

Si en plus c’est toujours grosse fatigue pour Djokovic, Rodgeur devra carrément défier Justine Henin pour que ses succès ressemblent enfin à des victoires…

17:14 Publié dans Les pieds dans le plat | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | | Pin it! |

Les commentaires sont fermés.