Google Analytics

27/08/2007

L'espoir chevillé au corps

Très amusant de suivre les championnats du monde d'athlétisme au Japon sur France 2. Et notamment dimanche en fin de matinée, décalage horaire oblige. On en était donc aux quarts de finale du 100 m. féminin. Toujours aussi enthousiaste, le sémillant Nelson Montfort nous vante les innombrables mérites de Christine Arron et, histoire de corroborer ses certitudes, s'enquiert auprès de l'Américaine Lauryn Williams (à moins que ce fut Torri Edwards mais peu importe) du danger que la Française représente pour elle. A quoi cette dernière, qui n'a pas trop l'air de savoir de qui il cause, lui rétorque, sybilline en diable, que quand elle court  elle ne se mesure pas à une seule concurrente, mais en gros au reste du monde.

Pas découragé pour un sou, le brave Nelson se cherche une autre victime à qui confier ses états d'âme et remet le couvert avec la Belge Kim Gevaert. Qui, tout aussi confuse, lui déclare ne pas avoir bien suivi les courses et ne pouvant donc répondre correctement à la question.

A croire que personne ne connaît la pauvre Cricri à Osaka. Remarquez c'est aussi bien, étant donné que ses compatriotes la voyaient couverte d'or et qu'elle a malheureusement terminé... sixième de la finale. Auparavant Eunice Barber avait raté sa qualification en longueur. Et pour couronner le tout, Mehdi Baala s'est planté dans le 1500 métres. 

De quoi mettre la pédale douce, me direz-vous. C'est vraiment très mal connaître nos chers voisins. Qui attendent désormais de pied ferme les performances de choc de leurs poulains et de leurs pouliches à l'US Open. Admettez qu'il y a de l'art dans cette façon de se cheviller, envers et contre tout, l'espoir au corps.  

17:30 Publié dans Les pieds dans le plat | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook | | | | Pin it! |

Commentaires

Edmée a-t-elle autre chose à faire que systématiquement moquer les commentateurs sportifs des chaînes de télé françaises? Franchement, c'est une fixation névrotique qu'elle nous fait là. Lui arrive-t-il de regarder sur la TSR une retransmission sportive à laquelle un ou une Suisse(sse) participe? Y-a-t-il un psychiatre disponible pour lui venir en aide? Petite précision: je suis Bernois.

Écrit par : Azrael | 29/08/2007

Que serait un coq gaulois sans sa prétention ? Sans ses ergots qu'il se plaît à croire toujours menaçants ? Sans son sentiment de suprématie, même lorsqu’il en importe les ingrédients d'Afrique anglophone comme avec la Française de souche sierra-léonaise Eunice Barber ?
Si, Mâdâme, les Français sont des stars au Japon ! Alain Delon, Mireille Mathieu, Adamo... ah, flûte, lui, il est Belge… ou Italien… Et c’est vrai qu’Alain Delon et Mireille Mathieu ne battent plus de records depuis une vingtaine d’années…
Vu du continent d'Eunice plus encore que de «l'île» suisse, l'arrogance est française. Les leçons de pseudo-psycho-historico-ethnologie de Sarkozy devant un amphithéâtre de Dakar, il y a quelques semaines, étaient le signe qu'il n'y a pas de rupture dans la suffisance. Le président de l’ancienne colonie affirmait, sans ambages, que "dans cet imaginaire (africain) (…), il n'y a de place ni pour l'aventure humaine, ni pour l'idée de progrès".
Peut-on être aussi lapidaire sur un sujet qu’on ne maîtrise pas, si on ne se croit toujours champion du monde ? « On est les champions, On est les champions, on est, on est, On est les champions... »

Écrit par : Damien Glez | 29/08/2007

Les commentaires sont fermés.