Google Analytics

08/05/2007

Dopés, Ségo et Sarko!

     Les experts et les autres ont une nette tendance à s’extasier sur l’étonnante jeunesse de Ségo et Sarko, chacun devant, en cas d’élection, regonfler à bloc cette pauvre France à moitié crevée.


     Oubliant juste en passant que nos pur-sang tiennent quand même davantage du cheval de retour que du fringant poulain, quand on pense qu’ils hantent l’arène politique du cru, et à très haut niveau, depuis quel­que vingt-cinq ans.

 


      Vous vous demandez sans doute pourquoi je vous en cause ici. Eh bien, outre que la chose présente un vague rapport avec l’équitation, on ne cesse de comparer les finalistes de la présidentielle à des athlètes de pointe. Un parallèle qui a at­teint son point culminant lors du grand débat télévisé, décoré façon ring de boxe de surcroît.

 

      Vous vous demandez sans doute pourquoi je vous en cause ici. Eh bien, outre que la chose présente un vague rapport avec l’équitation, on ne cesse de comparer les finalistes de la présidentielle à des athlètes de pointe. Un parallèle qui a at­teint son point culminant lors du grand débat télévisé, décoré façon ring de boxe de surcroît.

 


      Et où l’intéressant n’était à l’évidence pas le contenu archi­connu du bavardage oiseux des deux ennemis, mais la manière dont ils géraient leur marathon.

 


      Et puis la question que tout le monde se pose, c’est com­ment ils sont arrivés à tenir la distance pendant des mois et des mois de campagne, avec grosso modo des journées de dix-huit heures et subséquem­ment des nuits de six.

 


     Du coup, il y a soupçon de dopage tant il semble impensa­ble qu’un individu normal puisse mener ce train d’enfer, en évitant par ailleurs l’alcool et le tabac! Alors effectivement, ils se droguent. Pas à la coke toutefois, paraît-il. Le shoot suprême pour un politicien de choc, ce sont les gens. Ces milliers de quidams qui l’ap­plaudissent à se fouler les paluches et hurlent son nom à se péter les cordes vocales, ça l’éclate un max, l’animal.
Du moins à en croire Martine Brunschwig Graf, qui nous entretenait de son expérience sur
La Première. Un témoignage certes un brin sujet à caution, la course à l’ Elysée et celle au Conseil d’ Etat s’apparentant peu ou prou au Tour de France face à celui du canton!


     Mais bref. L’important, c’est qu’en se castagnant sans vergo­gne pour décrocher la palme, nos pugilistes nous ont heureu­sement distraits des tristes performances des «vrais» spor­tifs.

 


     Car se taper les victoires à peine honorables et les déculot­tées consternantes des hoc­keyeurs suisses à Moscou, c’est pas le pied. Sans parler de la nouvelle défaite affligeante de Federer contre Nadal, sur une moitié de gazon en plus. Ou pire, de la désolante Coupe Louis Vuitton à Valence, qui est d’abord une épreuve pour… le spectateur.

 


     Moralité, question histoires d’eau, autant se farcir Ségo et Sarko sont dans un bateau.
C’est rigolo et ça fera plaisir à Karl Zéro.
Edmée

14:24 Publié dans Humeurs | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook | | | | Pin it! |

Commentaires

Wow, this post is great, will gladly some more in the future ;)

Écrit par : research papers | 15/02/2011

Et où l’intéressant n’était à l’évidence pas le contenu archi­connu du bavardage oiseux des deux ennemis, mais la manière dont ils géraient leur marathon.

Écrit par : resume writers | 06/08/2011

Les commentaires sont fermés.